Tour d'Italie : L'échec de 2020 a motivé Hindley

Panoramic
Jai Hindley n’en revient toujours pas. Au lendemain d’une étape du Passo Fedaia qui a chamboulé le classement général, le coureur australien n’a pas craqué dans les rues de Vérone à l’occasion de l’ultime contre-la-montre du Giro 2022. Dans la même situation lors de l’édition 2022, le coureur de l’équipe Bora-Hansgrohe s’était incliné contre Tao Geoghegan Hart. Une douleur qui était toujours là avant de s’élancer pour les 17 derniers kilomètres de ces trois semaines de course. « J'étais hyper nerveux, j'étais dans la même situation qu'il y a deux ans, s’est rappelé Jai Hindley dans des propos recueillis par le quotidien L’Equipe. Je n'aurais pas supporté de ne pas soulever le trophée cette fois-ci. Mais j'étais confiant. » Sur un parcours composé essentiellement de la montée et de la descente de Torricella Maassimiliana, l’Australien avait un plan en tête. « Le but était de tout donner dans la première moitié du chrono, jusqu'au sommet de la bosse », a-t-il confié.


Hindley : « Me voilà de nouveau avec le maillot rose »


Voyant qu’il ne concédait pas ou peu de temps à Richard Carapaz, dont les qualités en contre-la-montre sont tout autres que les siennes, Jai Hindley a avoué avoir ressenti comme du soulagement à mi-parcours. « Quand on m'a communiqué mon temps au sommet, je savais que je pouvais aborder la descente un peu plus tranquillement », a-t-il ajouté. Maillot rose sur les épaules dans les arènes de Vérone, le natif de Perth a pu définitivement laissé derrière lui ce qui est arrivé en 2020. « J'ai eu besoin de beaucoup de temps pour digérer cette défaite, a-t-il assuré. Passer si proche d'une victoire sur un Grand Tour et tout perdre le dernier jour, c'était brutal. Ça m'avait fait vraiment mal. Ça a fini par devenir une source de motivation. » Premier Australien à remporter le Giro, Jai Hindley s’est montré incrédule. « Me voilà de nouveau avec le maillot rose, mais pour de bon cette fois-ci, a-t-il malicieusement glissé. Je ne réalise pas. » Alors qu’il pourrait prendre part à la Vuelta, l’Australien a une idée derrière la tête pour la suite de la saison. « Je rêve de faire les Mondiaux en septembre, a-t-il conclu. Ce n'est pas tous les jours que tu as l'occasion de faire une telle course à la maison. »

>