Giro : Bernal rassuré, S.Yates n'ambitionnait rien au général



Comme lors de l’étape de la Sega di Ala, Simon Yates avait quelque chose en tête. Alors que le Britannique n’avait pas su aller au bout de son idée, battu par Dan Martin et João Almeida, le Britannique a fait rouler son équipe avant de passer à l’attaque dans les pentes de la dernière difficulté de la 19eme étape du Giro. « Si vous ne souffrez pas, vous ne pouvez pas gagner, a confié le leader de l’équipe BikeExchange peut après l’arrivée. Cela a été un effort d'équipe fantastique, les gars ont fait un excellent travail tout au long de la journée et je suis content d'avoir conclu de cette façon aujourd'hui (vendredi). » Et la victoire d’étape, c’est tout ce que visait Simon Yates. A ses yeux, reprendre du temps à Egan Bernal ou Damiano Caruso n’était pas le principal objectif dans cette attaque de grande envergure. « Je ne sais pas quelle est la situation au général, mais je ne visais que la victoire d'étape aujourd’hui (vendredi), assure le récent vainqueur du Tour des Alpes. Je ne pouvais pas faire une grande différence et j'étais à trois minutes de Bernal. Je l'ai battu, mais la différence reste grande entre nous deux. »

Bernal : « Très content de ma condition »


A l’image de la 17eme étape, Egan Bernal n’a pas pu suivre plusieurs de ses rivaux. S’il a repris quelques secondes à Damiano Caruso ou à Aleksandr Vlasov, le Colombien a peiné dans le final face à João Almeida. Toutefois, le porteur du maillot rose assure ne pas être inquiet et salue la performance de Simon Yates. « Je me suis senti vraiment bien, j'ai fait vraiment une belle montée, j'en suis très content. Bien sûr, Simon Yates était le plus fort aujourd'hui (vendredi), bravo à lui ! Mais je suis très content de ma condition. » Alors que le Giro pourrait se jouer ce samedi dans les Alpes Suisses, le leader de l’équipe Ineos Grenadiers assure espérer « avoir les mêmes jambes qu’aujourd’hui (vendredi) ». « Avec l'altitude, j'espère avoir les mêmes sensations et bien gérer les écarts avec les coureurs qui sont sur le podium, a confié le Colombien peu après l’arrivée de l’étape. J'espère être également en rose demain (samedi). » Concernant la dernière étape, un contre-la-montre d’une trentaine de kilomètres à Milan, Egan Bernal « pense que les écarts sont corrects » et espère « faire aussi un bon contre-la-montre » lors de cette journée décisive. Ce qui lui permettrait d’apporter à l’équipe Ineos Grenadiers un deuxième Giro consécutif.

>