C'était le jour de Démare !

Twitter/@Giroditalia

Arnaud Démare la tient enfin ! Sans victoire depuis le départ du Tour d'Italie, et même sans victoire depuis le début de la saison, le coureur de la Groupama-FDJ a (enfin) levé les bras, ce mardi, à Modène, au terme de la 10e étape du Giro. Le Picard n'a pas laissé passer cette belle occasion alors que le meilleur sprinteur de l'épreuve jusqu'ici, l'Allemand Pascal Ackermann (Bora-Hansgrohe), a été victime d'une très grosse chute dans la dernière ligne droite.

Mais Démare, tout de même, est allé chercher ce succès à la pédale. Au moment de lancer son effort, il était au coude à coude avec Caleb Ewan (Lotto-Soudal), vainqueur samedi à Pesaro, le Français sur la gauche de la route, l'Australien à l'opposé. Et c'est donc Démare qui a fait parler sa puissance physique pour s'imposer finalement devant le champion d'Italie, Elia Viviani (Deceuninck-Quick Step), et Rudiger Selig (Bora-Hansgrohe). Ewan, qui n'a pas tenu, se contente de la quatrième place.

C'est un soulagement pour le Français, qui jouait jusqu'ici les seconds rôles sur les sprints depuis le début du Giro, malgré sa deuxième place à Orbetello, après déclassement de Viviani. Vainqueur d'étape du Tour de France ces deux dernières années, Démare sera cette année (sauf revirement de situation) privé de la Grande Boucle, la Groupama-FDJ ayant décidé de tout miser sur Thibaut Pinot. Démare jouait gros sur ce Giro, son grand objectif de la saison, et celui-ci est déjà réussi. C'est son premier succès sur le Tour d'Italie, le premier pour un Français dans un sprint massif depuis Nacer Bouhanni en 2014. Et il y aura une nouvelle chance, dès demain mercredi, à Novi Ligure...