Vuelta - Roglic : "Je n'avais pas les jambes"



Figurant parmi les outsiders les plus sérieux du dernier Tour de France, Primoz Roglic avait manqué son rendez-vous avec la Grande Boucle contrairement à son partenaire de la Jumbo-Visma, le lauréat de cette édition 2022: Jonas Vingegaard. Lâché au classement général, le Slovène avait été contraint d'abandonner en plein cœur de la compétition. Il n'a jamais marqué son nom au palmarès de la plus grande course cycliste du monde, cependant il règne en maître sur le Tour d'Espagne. Triple champion en titre sur la Vuelta, le cycliste de 32 ans demeure plus que jamais en course pour s'octroyer un quatrième sacre consécutif.



Actuellement second du classement général derrière Remco Evenepoel (Quick-Step Alpha Vinyl Team), Primoz Roglic a vécu une seconde semaine de course faste. Lors des étapes de haute montagne, le Slovène a repris du temps au Belge pour réduire l'écart les séparant à 1 minute et 34 secondes. Ce dimanche, bien qu'il est apparu emprunté physiquement, le triple champion de la Vuelta a puisé au fond de lui-même pour réaliser une fin de course brillante au sommet de la Sierra Nevada et grignoter 15 secondes au leader. "Je ne me sentais pas très bien aujourd'hui (dimanche, ndlr). Ce n'est que vers la fin que j'ai réussi à m'en sortir un peu" a-t-il confessé à l'arrivée de cette 15eme étape.

"C'est toujours mieux de gagner des secondes, que de les perdre"


Des difficultés aperçues dès que la route s'est élevée l'empêchant de suivre Enric Mas, Miguel Angel Lopez et Jay Vine, les favoris qui ont réussi à s'échapper dans l'ascension finale. "Surtout au début de la montée, je ne me sentais pas au top, mais au sommet c'était déjà beaucoup mieux. Je voulais gagner l'étape, c'était l'objectif. Cependant, je n'avais pas les jambes pour ça. C'était une montée très difficile. Au final, je suis content du résultat. C'est toujours mieux de gagner des secondes, que de les perdre" a analysé le leader de la Jumbo-Visma sur cette Vuelta avant d'exprimer ses ambitions au moment d'aborder le dernier virage de cette course sur trois semaines. "J'attends avec impatience la troisième semaine, mais je suis également heureux que demain (ce lundi, ndlr) soit un jour de repos."

>