Van Aert s'impose, Pinot décroche

Reuters

Il y a eu plus de casse que prévu ! Pourtant, cette 10e étape du Tour de France, remportée par Wout Van Aert et disputée ce lundi entre Saint-Flour et Albi était partie relativement calmement. Certes, il y a eu une échappée précoce d’un groupe de six coureurs, mais les fuyards n’ont jamais pu compter plus de trois minutes d’avance sur un peloton en plein contrôle. Et c’est à 38 kilomètres de la ligne qu’un premier soubresaut s’est produit. En cause, l’accélération soudaine des Education First, imités six kilomètres plus loin par la Deceuninck-Quick Step. 

Un coup de force de l’équipe du maillot jaune, Julian Alaphilippe, qui a fait exploser le peloton en trois groupes distinctifs. Et forcément, il y eu des piégés, au premier rang desquels Rigoberto Uran (désormais 13e à 3’18), Richie Porte (20e, 3’59), Fabio Aru (25e, 5’57), Vincenzo Nibali (30e, 14’), mais aussi Thibaut Pinot (11e, 2’33). Le Tricolore, 3e au général ce matin, et complice quelques jours plus tôt d’Alaphilippe, a aujourd’hui été pris au piège par le coup de bordure de son compatriote.

Présent dans le second groupe, Pinot a cru à un moment pouvoir revenir, mais l’écart, descendu à 13 secondes, n’a ensuite cessé de grandir sans jamais plus se réduire. De quoi toucher le moral du Français au moment de répondre au micro de France 2, juste après l’arrivée: "Je n’ai rien à dire. C’est une journée de merde et puis c’est comme ça." Des sanglots dans la voix, et visiblement sonné par ce terrible coup du sort, le coureur de la FDJ préférait tourner les talons sur ses mots. En grande forme depuis le début de l'épreuve, Thibaut Pinot sait que cette bordure inattendue, qui le relaye loin au classement, pourrait avoir sonné le glas de ses espoirs secrets de victoire cette année.

Mais tandis qu’il y a eu beaucoup de perdants ce lundi, nombreux ont été ceux qui ont profité de l’occasion pour se replacer au général. Julian Alaphilippe bien évidemment, puisque le maillot jaune conforte son avance au classement et compte désormais 1’15 d’avance sur son nouveau dauphin, Geraint Thomas (Ineos). Tout bénef également pour le coéquipier du Gallois, le Colombien Egan Bernal qui grimpe lui aussi sur le podium. Enfin, et peut-être contre toute attente, un autre Français profite de ce grand chamboulement pour refaire son apparition dans le Top 15 puisque Romain Bardet (AG2R-La Mondiale) grimpe au 15e rang, avec 3’20 de retard sur le leader. Après une telle fin d’étape, le peloton a bien mérité une journée de repos et reprendra la course mercredi.