Tour de France - Netflix : Pourquoi UAE Team Emirates a dit non...

Panoramic

AG2R Citroën, Alpecin-Fenix,Bora-Hansgrohe, EF Education-EasyPost, Ineos Grenadiers, Jumbo-Visma, Groupama FDJ et Quick-Step Alpha Vinyl. Elles sont huit équipes du peloton à avoir accepté de se prêter au jeu pour le bien du nouveau projet imaginé par Netflix. Dans le cadre d'une série documentaire sur les coulisses du prochain Tour de France semblable à celle ("Drive to survive") à l'immense succès que propose la plateforme pour la F1 depuis quatre ans (la cinquième saison est disponible depuis le mois dernier), les caméras de Box to Box Films et et de Quad suivent depuis quelques jours le quotidien des huit formations en question. Toutes ont dit oui lorsqu'elles ont été sollicitées, en amont. Team UAE Emirates, en revanche, a refusé. En tout cas pour le moment. Netflix avait pourtant en tête de permettre à ses abonnés de se plonger dans la préparation de Tadej Pogacar, leader de l'équipe émiratie et surtout double vainqueur sortant de la Grande Boucle. Les producteurs ont donc dû revoir leurs plans. Du côté de Team UAE Emirates, on assure qu'il était hors de question de prendre le risque de bousculer le rythme de croisière de l'équipe. D'autant que les équipes qui ouvriront leurs portes devront le faire de manière totale et sachant qu'elles n'auront aucun droit de regard sur le montage final comme sur les images retenues.

En F1, Mercedes et Ferrari avaient refusé également, avant de revoir leur position


"Nous avons un bon équilibre en ce moment avec le staff et les coureurs, tout le monde est super content et motivé. Parfois, introduire quelque chose de nouveau peut être dangereux", explique le directeur des opérations de l'équipe Andrea Agostini, interrogé par nos confrères de VeloNews. Comme cela a été le cas en F1 - au départ, de grosses écuries (Mercedes et Ferrari) avaient là aussi refusé de faire partie du projet, avant de revenir sur leur décision - les deux sociétés de production sur le coup gardent néanmoins espoir que la formation chère à Pogacar changera d'avis avec le temps. "En F1, il y a eu quelques refus de certaines écuries la première fois. Après la première saison, elles ont vu ce qu’on faisait, les bénéfices apportés, et elles ont finalement participé." Sachant qu'une deuxième saison serait déjà à l'étude, il n'est donc pas interdit de penser que Team UAE Emirates sera de cet éventuel deuxième opus. Pour le premier, les téléspectateurs devront en revanche se contenter de suivre "Pogi" et ses coéquipiers de loin. Et c'est bien dommage.

>