Tour de France : Alaphilippe ne visera pas le classement général



Une quatrième participation mais pas de grandes ambitions pour Julian Alaphilippe (28 ans) ? N'en déplaise à ses (nombreux) fans qui rêvent de revoir leur chouchou marquer une nouvelle fois la course de son empreinte cette année, le leader français de l'équipe Deceuninck-Quick Step n'abordera pas le Tour de France 2020 avec le même objectif. Un an après avoir fait vibrer tout l'Hexagone au rythme de ses exploits sur les routes de cette Grande Boucle 2019 restée dans toutes les mémoires des supporters français alors que se profile la prochaine édition (du 29 août au 20 septembre), le Bourbonnais prévient ce mercredi dans L'Equipe : il ne faudra pas l'attendre à pareille fête cette fois sur le Tour. Plus que le rendez-vous cher à Christian Prudhomme, Alaphilippe se focalisera ainsi, à l'entendre, lors de cette saison totalement chamboulée par la pandémie de Covid-19 sur les Mondiaux et sur certaines classiques. « En 2019, c’était un Tour exceptionnel sans doute (...) mais je ne vais pas me préparer pour ça (le Tour de France), avoue d'ailleurs le champion français dans les colonnes du quotidien. Le but est de faire un beau Tour mais ne pas le finir épuisé, car j’ai d’autres objectifs après : le Championnat du monde et les classiques », et en particulier Liège-Bastogne-Liège, programmé quinze jours après l'arrivée du Tour et que le double vainqueur sortant de la Flèche Wallonne n'a toujours pas remporté (il avait terminé 2eme en 2015 et 4eme en 2018).

Alaphilippe : « On n'a pas l'équipe pour lutter pour le général »


Une semaine plus tôt (27 septembre, une semaine après l'arrivée sur les Champs), se dérouleront les Championnats du Monde sur route, à Martigny. Alaphilippe, qui n'a jamais fait mieux que 8eme sur la compétition, rêve de la même façon d'enfin décrocher un maillot arc-en-ciel. Des objectifs divers mais de grande envergure qui font que le coureur de Montluçon visera au mieux une nouvelle victoire d'étape sur le Tour, lui qui en compte déjà quatre à son compteur (deux en 2018 et deux de nouveau l'année dernière). Mais avant tout pour honorer la mémoire de son père Jo, parti le 24 juin dernier, pile le jour qui aurait dû voir ce Tour 2020 s'élancer initialement, depuis Nice. En revanche, pour le classement général, l'ancien représentant de l'équipe de l'Armée de Terre, chez les amateurs, assure qu'il ne faudra pas compter sur lui, conscient que de toute façon, même s'il l'aurait voulu, cela aurait été très compliqué cette année. « On n’a pas l’équipe pour lutter pour le classement général, et moi je ne l’ai pas en tête », ne cache pas Alaphilippe, peu optimiste également sur ses chances de faire le doublé sur les Strade Bianche et Milan - San Remo, comme il l'avait fait la saison dernière.

Alaphilippe : « Pas la condition de l'année dernière »


« J’en garde de grands souvenirs puisque je les ai gagnées toutes les deux en 2019. Je suis encore heureux d’y participer, même si je sais que je n’ai pas la condition de l’année dernière », reconnaît le natif de Saint-Amand-Montrond (Cher) à trois jours de reprendre la compétition sur les Strade Bianche, avec malgré tout l'espoir de conserver son trophée acquis en 2019. Mais sans réellement y croire. « Ma priorité n’est pas d’être au sommet de ma forme sur les premières courses », avoue d'ailleurs Alaphilippe, certain qu'il n'y a qu'en se ménageant qu'il aura des chances de briller lors de ces cinq mois de folie qui attendent le peloton dans ce contexte de crise sanitaire. « La récupération sera un élément déterminant pour atteindre ses objectifs. J’aurais pu aller au Tour de Burgos, où on a une équipe, mais j’ai préféré rester en Italie après le stage afin d’éviter de la fatigue en termes de voyage. » Le tenant du titre reconnaîtra tout de même à deux reprises le parcours des Strade Bianche avant le départ de samedi. « Je suis impatient que ça commence, de voir comment je me situe sur les premières courses et comment je vais les enchaîner. » En espérant pour le public français que cela lui donnera très vite envie de revoir ses ambitions à la hausse pour le Tour. Mais si cela semble scellé.