Tour de France 2022 (F) : Un abandon a été envisagé par van Vleuten

Panoramic


A quoi peut tenir une potentielle victoire dans le Tour de France ? En difficulté au début de l’épreuve après avoir été malade, Annemiek van Vleuten a écœuré ses adversaires ce samedi dans les Vosges. « C’est quelque chose de spécial car je sais d’où je reviens. Avoir été malade pendant les trois premiers jours de ce Tour, ça rend cette victoire spéciale car j’ai continué à croire en mes capacités, a confié la leader de l’équipe Movistar après sa victoire lors de la 7eme et avant-dernière étape au Markstein. De plus, durant cette chevauchée solitaire, avoir autant de monde au bord de la route alors que c’est le premier Tour de France. Je ne peux pas expliquer ce que je peux ressentir en ce moment. » Assurant avoir traversé ce Tour de France comme étant sur « des montagnes russes », la Néerlandaise a confié avoir du mal à croire en ce qu’elle a été en mesure de faire.

Van Vleuten : « C’est un petit miracle »


Partie avec Demi Vollering à 85 kilomètres de l’arrivée puis seule à l’avant pendant l’essentiel de l’étape, Annemiek van Vleuten a confié avoir douté « que c’était encore possible après avoir été aussi malade et avoir désormais le maillot jaune sur les épaules ». En effet, la championne olympique du contre-la-montre l’été dernier à Tokyo a admis avoir été « si proche d’abandonner ». « C’est un petit miracle », a-t-elle ajouté. Ne cachant pas qu’aller chercher une victoire en solitaire était « plus agréable que l’emporter au sprint face à Demi Vollering », la Néerlandaise a admis que sa volonté d’être seule à l’avant a répondu à un impératif tactique. « Il y avait un long morceau de vallée et Demi Vollering ne voulait pas prendre de relais, a-t-elle résumé. J’ai donc vraiment voulu la lâcher avant d’arrivée dans des quinze kilomètres de vallée car elle serait restée dans ma roue et il aurait alors été plus compliqué de la distancer dans la dernière ascension. » Un coup qui s’est avéré payant.

>