Ineos : Reporter le Tour de France, une idée qui a le soutien d'Egan Bernal

Programmé pour prendre part à Paris-Nice, Egan Bernal a vu les événements se bousculer. Alors que l’équipe Ineos a été bouleversé par le décès de Nicolas Portal, la formation britannique s’est mise en retrait. Un choix qui s’est prolongé en raison de la crise sanitaire qui impose aux organisateurs d’annuler ou de reporter leurs épreuves jusqu’à nouvel ordre. Rentré en Colombie, où il doit passer par une quarantaine de 19 jours prévue pour se conclure le 13 avril prochain, Egan Bernal s’est confié au site officiel de sa Fédération nationale, notamment concernant le Tour de France. Alors que la tenue de la Grande Boucle reste incertaine, malgré certaines prises de position en faveur d’une organisation à huis clos de la course, le tenant du titre a pris parti pour un report. « Cette pause forcée a des conséquences sur tous les coureurs et même sur le Tour de France s’il devait avoir lieu en juillet prochain, a déclaré Egan Bernal. Un ou plusieurs candidats à la victoire finale pourraient ne pas être prêts à temps car leurs programmes vont différer. Ce serait une bonne chose si la course était reportée. »

Bernal : « J’espère que les Grands Tours auront lieu »


Bloqué à son domicile pendant encore deux semaines, Egan Bernal a également confié avoir décidé de mettre sur pause son programme de préparation physique en vue du Tour de France. « Je ne suis pas en phase de préparation tant sur le plan mental que physique, tonne le Colombien. J’ai eu une bonne préparation pour Paris-Nice puis, quand je suis rentré en Colombie, je me suis entraîné à domicile. Ensuite, en concertation avec mon préparateur physique, j’ai décidé que faire une pause serait la meilleure chose à faire. » Mais, malgré tout, le vainqueur du dernier Tour de France espère que les trois Grands Tours pourront avoir lieu, même à des dates revues et corrigées. Une prise de position qui n’est pas uniquement guidée par les enjeux sportifs. « Pour le bien du cyclisme, pour les partenaires qui ont investi beaucoup d’argent et qui sont affectés par la crise sanitaire, j’espère que les Grands Tours auront lieu, assure Egan Bernal. Si ce n’est pas le cas, alors la situation sera vraiment sérieuse mais nous devons attendre de voir comment la situation va évoluer. Ce qui est évident, c’est que le monde doit continuer d’avancer et que cette crise aura une fin. » Une inquiétude qui rejoint celle du patron de l’écurie Deceuninck-Quick Step pour qui une annulation du Tour de France serait une catastrophe.