Groupama-FDJ : La présence de Pinot au départ du Tour 2022 n'est pas écartée par Madiot

Thibaut Pinot va-t-il relancer son histoire avec le Tour de France ? Contraint à l’abandon à deux jours des Champs-Elysées en 2019 alors qu’il était en lice pour le podium final puis mis à terre dans le final de la 1ere étape en 2020, le leader de l’équipe Groupama-FDJ avait très tôt quitté la course en raison de douleurs au dos. Des soucis qui ont grandement perturbé sa carrière, renonçant à prendre part au Giro cette année afin de se remettre aussi bien que possible. Ce jeudi, les organisateurs du Tour de France ont présenté un parcours 2022 ostensiblement taillé pour les puncheurs. Récemment interrogé par RMC sur l’idée de voir Thibaut Pinot à Copenhague le 1er juillet prochain, Marc Madiot s'est montré optimiste mais sans totalement affirmatif.


Pour Madiot, il y a « de grandes chances » de voir Pinot sur le Tour


Mettant en avant le fait que son coureur n’avait pas encore mis un terme à sa saison 2021, le patron de l’équipe Groupama-FDJ a assuré qu’il fallait d’abord « digérer la saison » avant de « regarder plus en détails le parcours » dévoilé par Amaury Sport Organisation. Une phase nécessaire car « il faut toujours se méfier de la première impression et de l’euphorie ». Toutefois, au débotté, Marc Madiot assure qu’il y a « de grandes chances que, si tout va bien pour Thibaut Pinot, on soit avec lui au départ du Tour de France ». Une 109eme édition de la Grande Boucle qui va renouer avec les pavés du Nord lors de la 5eme étape entre Lille et Arenberg… ce qui n’enchante visiblement pas Marc Madiot. « On voit que dans les équipes, ça court les mains sur les freins. Les grandes équipes courent groupées pour ne pas perdre d’éléments et éviter les incidents de parcours, assure l’ancien double vainqueur de Paris-Roubaix. Finalement il y a très peu de mouvements de course pour les leaders sur une telle étape, on court sur la défensive. C’est beau sur le papier, mais sur le terrain… » Un terrain qui avait fait des dégâts en 2014 et sur lequel la prudence sera évidemment de mise pour ne pas hypothéquer les chances de victoire finale.

>