B&B Hôtels p/b KTM : Pineau rêve toujours en grand sur le Tour de France

Les années passent et Jérôme Pineau ne cesse de manquer d'ambition. Manager de l'équipe B&B Hôtels p/b KTM depuis quatre ans maintenant, l'ancien cycliste français espère bien un jour voir un coureur de sa formation briller sur le Tour de France. « Un jour, j'ai dit : "On va gagner le Tour" et je maintiens. Ça a même fait l'objet d'un reportage sur France 3, 52 minutes qui m'ont servi à rencontrer de futurs partenaires. Si on n'est pas ambitieux, on fait quoi ? Faut-il rester sagement dans l'ombre des grands, attendre qu'ils se soient servis pour essayer ? Quel partenaire j'attire en disant ça ? Quatre ans après, on a fait deux Tours de France, mis un de nos coureurs (Franck Bonnamour) sur le podium. Ce n'est que la Supercombativité, mais certains (et leurs partenaires aussi) auraient signé », a notamment expliqué l'ancien puncheur, lors d'un entretien accordé à L'Equipe.

« Transpirer la Bretagne à l'international »


« Quand David Gaudu, Valentin Madouas ou Warren Barguil sont passés pro, je n'étais pas à la tête d'une équipe, mais la Bretagne, ce réservoir, c'était une motivation pour moi. Manu Hubert (le manager d'Arkéa-Samsic) n'avait pas les moyens à l'époque. Aujourd'hui, le Breton de ce niveau, j'espère qu'on ne le loupera pas. C'est pour ça que cette année j'ai préféré mettre un bon billet dans une académie (qui suit 8 jeunes coureurs) pour former des gamins plutôt que prendre un coureur supplémentaire, a par la suite confié Pineau. (...) Gagner le Tour de France avec un Breton ? Non, être pur Breton, je veux sortir de ça. L'idée, c'est de transpirer la Bretagne à l'international. Sinon, je n'aurais pas pris Pierre Rolland, Victor Koretsky... Être Euskatel-Euskadi, ce n'était pas ça mon idée. Être porté par un peuple, oui. Des fans de l'OM, il y en a partout, ils ne sont pas tous à Marseille, mais quand l'équipe gagne, ce sont ces couleurs-là qu'ils portent. »

>