World Rugby : Face à la crise, les règles pourront être adaptées

Le rugby accepte de s’adapter. Avec les alignements en touche, les mêlées, les rucks et les mauls, le rugby est un sport où les contacts rapprochés entre les joueurs sont fréquents et où le risque de transmission du coronavirus reste grand. C’est ce qui a poussé de nombreux championnats à se mettre en pause ou, à l’image du Top 14 et de la Pro D2, à mettre un terme prématuré à la saison 2019-2020. Afin de faciliter la reprise de l’activité tout en assurant une sécurité maximale aux acteurs des rencontres, World Rugby a confirmé que, de manière locale, les règles pourront être modifiées afin de limiter les risques de propagation du virus. Au total, ce sont dix changements temporaires qui sont proposés aux fédérations, qui pourront en appliquer tout ou partie dans leurs compétitions.


La mêlée, centre de toutes les attentions


Sans surprise, c’est la mêlée qui concentre l’essentiel des propositions émanant de World Rugby. La première d’entre-elles va dans le sens des recommandations de la Ligue Nationale de rugby depuis plusieurs saisons : il sera possible de ne plus refaire les mêlées. Afin d’en améliorer la stabilité et, ainsi, limiter la durée des mêlées, le talonneur pourra poser un pied en avant dans le regroupement. Plus généralement, le recours à la mêlée pour reprendre le jeu sera réduit au maximum puisque, en cas de coup franc ou de pénalité, l’équipe ayant le ballon n’aura plus cette possibilité à sa disposition. De plus, sur un ruck, un coup franc viendra sanctionner une sortie trop lente du ballon alors que l’équipe ayant le ballon devra l’en extraire en moins de trois secondes pour limiter la durée du regroupement. Concernant les mauls, aucun joueur n’ayant pas pris part à sa formation ne pourra le rejoindre et le regroupement ne pourra plus avancer qu’une seule fois avant la libération du ballon.

Le « carton orange » fait son apparition


En ce qui concerne le jeu courant, si un joueur est stoppé ballon en main dans l’en-but de l’équipe adverse, le jeu ne reprendra pas par une mêlée. A la place, l’équipe en position offensive devra relancer le jeu via un ballon joué à la main sur la ligne des cinq mètres. A cela s’ajoute une règle qui pourra déranger les joueurs : les plaquages bloquants seront interdits avec le joueur de l’équipe en position d’attaque qui devra libérer le ballon pour l’équipe qui défend. Mais l’ajout le plus spectaculaire, et qui pourrait perdurer à l’issue de la crise sanitaire, c’est le carton orange. Comme son nom l’indique, il se situe entre le carton jaune avec dix minutes d’exclusion temporaire et le carton rouge synonyme d’expulsion. Ce carton orange permettra à l’arbitre, dans le cas où un plaquage haut n’entraîne pas un carton rouge, d’exclure le joueur fautif pour quinze minutes au lieu de dix. Toutes ces modifications ont clairement pour but de fluidifier le jeu et de limiter les points de rencontre où les joueurs restent en contact rapproché pour une durée prolongée. Toutefois, World Rugby le confirme, la reprise du rugby restera à la discrétion des autorités locales en fonction de la situation sanitaire locale.