Toulouse : Son enfance, son ambition... Les confessions de Kolbe



Arrivé en 2017 à Toulouse, Cheslin Kolbe a depuis gagné le Top 14 et la Coupe du monde en 2019. Après une saison tronquée à cause de la pandémie de coronavirus, le Sud-Africain rêve en grand, lui qui a grandi à Kraaifontein, une banlieue du Cap. « Il y avait pas mal d'obstacles : c'est une communauté connue pour le banditisme, la pauvreté, la drogue, l'alcool... C'est un endroit dont les gens n'entendent pas tellement parler, à part quand il se passe quelque chose de grave. Moi, j'y ai appris à prendre de meilleures décisions, pour moi et ma famille, pour essayer de devenir un modèle pour les jeunes de cette communauté. Quand j'étais enfant, dans les rues, on jouait et on entendait des coups de feu. Les batailles entre différents gangs, c'était tous les jours. On s'y habitue à force, mais si j'y repense maintenant, ça fait peur... Ce n'était pas une enfance facile mais je ne changerais rien », a notamment expliqué le Springbok.

Kolbe vise le doublé en 2021


« Toulouse ? C'est une ville géniale ! Ma deuxième fille, Malia, est née ici, c'est un endroit spécial pour moi. Tout le monde est si gentil. J'en avais entendu parler avant d'arriver, on m'avait prévenu que les gens étaient supers, que j'allais me régaler. La ville, les supporters, le club... Tout est incroyable. Le club a toujours été là pour moi et ma famille. C'est un club spécial, a également reconnu Kolbe, interrogé par l'AFP. Je n'ai jamais vu de tels fans ! Ca me donne envie de donner mon maximum sur un terrain. Je me souviens du titre de 2019 : l'ambiance en ville était folle, ce n'était pas loin de ce que j'ai vécu lors de la victoire en Coupe du monde ! La ville était en rouge et noir, les gens étaient fous ! J'espère pouvoir remporter le Top 14 et la coupe d'Europe. » Entre les phases finales du Top 14 dans quelques semaines et la finale de la Champions Cup, contre La Rochelle le 22 mai à Twickenham, le Sud-Africain pourrait bien ajouter un nouveau titre à son palmarès.

>