Top 14 : Les scenarios de reprise sur la table dès ce lundi

Suspendus depuis le 13 mars dernier, le Top 14 et la Pro D2 sont dans le flou le plus total quant à la conclusion de la saison. En effet, il reste neuf journées à disputer dans l’élite et sept dans son antichambre avant les phases finales, qui demandent de réserver trois dates dans le calendrier. Afin de plancher sur les scenarios potentiels afin de conclure de manière satisfaisante la saison, si la situation sanitaire le permet, la Ligue Nationale de Rugby a mis en place un groupe de travail composé de représentants de Lyon, Toulon, Montpellier, Castres et Agen pour le Top 14, de Grenoble, Nevers, Mont-de-Marsan, Carcassonne et Rouen pour la Pro D2, ainsi les syndicats de joueurs, d’entraîneurs, de clubs, ainsi que des présidents de la commission médicale et sportive de la LNR.

Des journées supprimées ou une phase finale remodelée ?


Ces scenarios ont déjà été l’objet de joutes verbales entre, notamment, Philippe Saint-André, Christophe Urios ou encore Mourad Boudjellal. Chacun a, en effet, un avis divergeant sur la question. Afin de débuter la réflexion sur ce sujet qui sera l’objet de tension, une première réunion de ce groupe de travail devrait être organisée dès ce lundi via visioconférence, selon RMC Sport. Cette réunion permettrait de mettre sur la table des solutions comme la suppression de plusieurs journées afin de faire de la place dans le calendrier pour des phases finales au format exceptionnellement revu et corrigé. Toutefois, un des principaux problèmes tient à l’expiration du contrat des joueurs, traditionnellement prévue le 30 juin.

Les relégations mises de côté ?


Mais, selon une information du quotidien L’Equipe, un seul sujet serait déjà l’objet d’un consensus entre les clubs : l’annulation des relégations à l’issue de la saison. C’est une proposition qui a déjà été soulevée par l’entraîneur de l’UBB Christophe Urios mais de cette possibilité pourrait naître un autre problème : celui des promotions depuis la Pro D2 vers le Top 14. Comme le technicien girondin l’a également avancé, cette situation exceptionnelle verrait deux clubs promus de l’antichambre vers l’élite avec une saison qui se déroulerait à 16 clubs, permettant aux clubs d’avoir deux matchs à domicile supplémentaires dans la saison, soit autant de rentrées financières en plus après une saison actuelle qui s’annonce difficile sur le plan comptable, malgré l’aide promise par le président de la FFR Bernard Laporte. En tout cas, la LNR a fixé le délai pour obtenir un plan viable au 7 avril prochain. Les discussions ne devront donc pas se perdre en cours de route.