Top 14 (J5/match en retard) : Vainqueur du Racing 92, Toulon se rapproche du podium

Toulon fait un bond de géant ! Dans l’affiche en retard de la 5eme journée du Top 14, les joueurs de Patrice Collazo ont profité de leur déplacement sur la pelouse du Racing 92 pour signer leur deuxième succès loin du Stade Mayol en championnat cette saison. Très agressifs en défense dans les premiers instants du match, les Franciliens ont toutefois dépassé les limites, offrant très tôt les premiers points du match à Louis Carbonel. Pas en reste, les Toulonnais ont également fait un cadeau à leurs adversaires avec un ballon gardé au sol par Eben Etzebeth, permettant à Maxime Machenaud de remettre les deux équipes à égalité. C’est alors que le RCT a très nettement augmenté le rythme sur ses offensives, laissant la défense du Racing 92 avec bien peu de solutions. Le résultat a été deux essais en cinq minutes pour les Varois. Tout d’abord, en conclusion d’une longue séquence de possession avec des passes de Ma’a Nonu et Duncan Paia’aua, Swan Rebbadj a fait parler sa puissance pour aplatir en coin. Cinq minutes plus tard, Baptiste Serin a été au four et au moulin sur une action durant laquelle Eben Etzebeth a servi de relais pour permettre au demi de mêlée international de marquer entre les poteaux. Mais, malgré un retard de quatorze points, le Racing 92 n’est pas sorti du match. Cet écart, le club francilien aurait pu le réduire dès la 20eme minute sans une bourde improbable de Virimi Vakatawa.

Malgré Vakatawa, le Racing 92 a su réagir


A la conclusion d’une longue séquence de son équipe, le trois-quarts centre international français a percé le rideau défensif toulonnais pour s’offrir un essai facile... mais c’était sans compter sur Gabin Villière. L’ancien international à 7, revenu du diable vauvert, est venu taper dans le ballon, provoquant un en-avant et empêchant le Racing 92 de marquer. Ce n’était toutefois que partie remise. Après une pénalité de Maxime Machenaud pour réduire l’écart, les Racingmen ont retourné le match en quatre minutes avant même la mi-temps. A la suite d’un jeu au pied bien senti de Finn Russell, Teddy Thomas a pu combiner avec Virimi Vakatawa. Le jeu a ensuite rebondi sur l’aile gauche avec Wenceslas Lauret qui a profité du décalage dans la défense du RCT pour aplatir. A deux minutes de la pause, Teddy Thomas y est également allé de son essai. En sortie de touche, la défense varoise est percée par Virimi Vakatawa qui a ensuite servi sur un plateau son ailier pour redonner l’avantage au Racing 92. Mais les deux équipes ont bien retrouvé leurs vestiaires à égalité puisque, consécutivement à une faute d’Henry Chavancy dans un ruck, Louis Carbonel n’a pas manqué l’occasion. Quatre essais, 40 points, six pénalités concédées seulement... La première mi-temps a été une ode au jeu quand la deuxième s’est avérée plus accrochée, moins attractive. Six minutes après la pause, à la suite d’une position de hors-jeu, Maxime Machenaud a redonné l’avantage au Racing 92 sur pénalité mais ça n’aura pas tenu plus d’une minute.

Toulon a profité de l’indiscipline du Racing 92


Dans la foulée, Wenceslas Lauret s’est mis à la faute au sol, offrant à Louis Carbonel une nouvelle opportunité d’égaliser. Moins précis en attaque, moins discipliné en défense, le club francilien a offert la victoire au RCT. Peu avant l’heure de jeu, les Toulonnais ont su faire reculer la défense adverse sur un ballon porté et provoquer une nouvelle faute de leurs adversaires. Impeccable au pied, Louis Carbonel a redonné l’avantage à son équipe avant de rééditer cette performance huit minutes plus tard, la mêlée du Racing 92 n’ayant pas résisté sous la pression. Avec six points d’avance à un quart d’heure de la fin du match, le RCT devait faire le choix entre tenir ou s’exposer. Les hommes de Patrice Collazo ont serré le jeu en défense face à des Racingmen qui ne sont mis en état d’alerte trop tardivement et sans se montrer suffisamment tranchant. Les seules inquiétudes de la fin de match ont été d’ordre médical. Tout d’abord, alors que Louis Carbonel a échoué face aux perches, Charles Ollivon a dû se faire soigner aux doigts de la main droite, ne cachant pas une douleur. Puis, en toute fin de match, c’est Baptiste Serin qui a dû être bandé au mollet droit avant de laisser à Anthony Meric le poste de demi de mêlée, l’international français terminant le match au centre. Malgré tout cela, Toulon s’impose (23-29) et ne laisse pas le bonus offensif au Racing 92. En conséquence, le RCT remonte au quatrième rang à quatre points seulement de son adversaire du soir, toujours troisième.
TOP 14 / 5EME JOURNEE
Samedi 17 octobre 2020
Montpellier - Agen : 42-13
Pau - Bordeaux-Bègles : 29-24
La Rochelle - Castres : 62-3
Brive - Toulouse : 16-36

Dimanche 18 octobre 2020
Lyon - Bayonne : 62-10
Clermont - Stade Français Paris : 41-27

Dimanche 17 janvier 2021
Racing 92 - Toulon : 23-29

>