Sport Planète : Julien Pierre, La Paris La Défense Arena, Armelle Courtois et Martin Thomas à l'honneur dans l'épisode 3

Sport en France

Julien Pierre, La Paris La Défense Arena ainsi que le tandem Armelle Courtois - Martin Thomas, en couple sur les sports comme à la ville, étaient à l'honneur lors de la troisième émission de Sport Planète, rendez-vous mensuel dédié au sport et à la protection de l'environnement né de l'imagination commune de MAIF et de la chaîne Sport en France et présenté par Gaëlle Millon. Premier invité de ce troisième opus de ce programme visant à mettre en lumière toutes celles et ceux qui agissent pour un sport éco-responsable, Julien Pierre (40 ans), ex-rugbyman international qui avait mis un terme à sa carrière en 2018 et sportif grandement préoccupé par la planète et la question environnementale, a évoqué le Fair Play for Planet, premier label visant à reconnaître (via 18 thèmes et 350 critères) les clubs et événements sportifs ayant un réel engagement environnemental, créé par le champion de France 2010 avec Clermont en 2020. "Quand j’ai arrêté, j’ai voulu lier sport et écoresponsabilité ou protection de l’environnement en créant Fair play for planet et en développant le label FPFP à destination des clubs, des événements mais aussi des sites sportifs", a expliqué l'ancien joueur de l'ASM, rappelant au passage Lyon, Strasbourg en football ou encore Pau et Brive en rugby font partie des clubs labellisés FPFP, au même titre que le club des Sables d'Olonnes, modèle du genre. "Le club des Sables d’Olonnes, qui évolue en régionale 3 de foot, a vraiment ancré dans ses statuts la mission environnementale. Quelques exemples concrets : le club a supprimé les bouteilles plastique, il est passé à du fait maison et des produits locaux pour les goûters des jeunes…" Autre idée amenée par Fair Play for planet et l'auteur du Grand Chelem avec les Bleus lors du Tournoi des 6 Nations 2010 : le FPFP Challenge. "J’invite des sportifs de haut niveau – l’année dernière, il y avait notamment Nikola Karabatic – à réaliser des challenges. Cela peut aller de ramasser des déchets dans la nature à aller en vélo à l’entraînement. On invite les clubs à participer à ce challenge, et on lance la saison 2 cette année."

La Paris La Défense Arena, la Co'Met et leur ADN écoresponsable





Julien Pierre n'est pas le seul à s'engager sur le terrain de l'environnement. La Paris La Défense Arena pense elle aussi à la planète, avec un engagement écoresponsable qui date des débuts de la salle, créée en 2013 et qui présente la particularité de posséder des ruches sur son toit. L'enceinte chère au Racing 92 est d'ailleurs la première Arena en Europe à avoir rejoint le programme « Sports for Climate Action », le programme de lutte contre le changement climatique de l’ONU. Une distinction dont n'est pas peu fier Alexandre Maumont, directeur du site et lui aussi présent sur le plateau de Gaëlle Millon. « La salle a été conçue sur un modèle responsable qui fait attention à son environnement, à la dépense énergétique et à l’acoustique et a une enveloppe qui lui permet de garder chaleur et sonorité, ce qui permet d’avoir un environnement assez agréable pour les citoyens qui habitent aux alentours de la salle et peuvent bénéficier d’une tranquillité, y compris les soirs de concert. Notre salle n’est plus chauffée depuis 2020, et il fait toujours bon dans la salle, été comme hiver (…) On fait également la chasse à toutes les lumières qui restent allumées. Ce qui contribue à 48% d’économie depuis 2019. » La Co’Met, future Arena d’Orléans au système de géothermie novateur, constituera elle aussi un modèle d’engagement environnemental, via notamment un plan de construction respectueux de la planète. "C’est un chantier exemplaire pour les circuits courts, en termes de développement des déchets comme pour la consommation d’énergie et les matériaux utilisés. Avec toujours ce même objectif pour l’enceinte d’être la moins énergivore possible", se réjouit Charles-Eric Lemaignen.

La belle histoire d'Armelle Courtois et Martin Thomas


Enfin, Armelle Courtois et Martin Thomas, vice-championne du monde de kitespeed pour la première et vice-champion d'Europe de canoë slalom pour le second, sont venus présenter leur projet assez incroyable "Riding to explore", né en même temps que la rencontre de ces deux aventuriers en couple à la ville et qui partagent le même amour pour les sports outdoor et les défis, comme l'a rappelé Martin Thomas sur le plateau de Sport Planète. Concernant "Riding to explore", le compagnon d'Armelle Courtois révèle que l'objectif de sa petite amie et lui a été d' "allier un sport qui ne se pratiquait pas du tout en altitude avec un défi, qui était d’aller chercher les plus hauts lacs et glaciers du monde." Un pari qui a conduit le tandem sur les hauteurs du Pérou ainsi qu'en Himalaya.

>