Lambie raccroche les crampons !

ICON SPORT

Pat Lambie n'a que 28 ans mais l'ouvreur international sud-africain, "capé" à 56 reprises avec les Springboks, raccroche déjà les crampons et tourne le dos au rugby. L'ancien joueur des Sharks a souffert de plusieurs commotions ces dernières années, et ne veut prendre aucun risque avec sa santé. 

"J'ai suivi les conseils de deux neurologues, un ici à Paris (le professeur Chermann) et un autre en Afrique du Sud que j'ai consulté encore récemment, explique Lambie ce samedi dans les colonnes de L'Equipe. Leurs avis se rejoignaient : ils me conseillaient d'arrêter le rugby. À la fois en raison du nombre conséquent de commotions que j'ai subies ces dernières années et, plus important, en raison des symptômes post-commotions (*) qui perduraient chez moi. J'ai donc suivi l'opinion des spécialistes. (...) Ils ne pouvaient pas non plus me dire quels seraient les symptômes au cas où je subirais une autre commotion. Pour eux, le risque de continuer était trop élevé pour quelqu'un comme moi, qui a déjà enduré plusieurs commotions avec des effets persistants."

Le Racing ne peut qu'accompagner cette décision de celui qui était amené succéder à Dan Carter au poste de n°10. "Nous comprenons sa décision, prise d’un commun accord, écrit dans un communiqué Jacky Lorenzetti, le président du club francilien, qui appréciait énormément le joueur ainsi que l'homme. Nous regrettons forcément qu’un tel génie du jeu soit contraint d’en arriver à cette extrémité et qu’un gentleman comme lui – l’incarnation du Racingman - s’éloigne des terrains qu’il illuminait de ses coups de pattes inspirés. Sportivement, son arrêt est un coup dur pour le Racing. Humainement, c’est une triste nouvelle pour moi et pour tout le club. Patrick est un immense champion, un garçon délicieux, aussi élégant sur le terrain qu’en dehors."

Cette retraite soudaine d'un joueur de classe mondiale intervient dans un contexte pesant pour tout le rugby français, qui a déploré de trop de nombreux décès ces derniers mois. Même si Lambie assure que les drames d'Adrien Descrulhes, Louis Fajfrowski et Nicolas Chauvin n'ont pas pesé dans son choix. "Pour être honnête, je n'ai pas vraiment cherché d'informations sur les causes de ces tragiques événements, explique Lambie. C'est très triste pour les familles, très triste pour ce sport que nous aimons tant. Mais ce n'est pas entré en compte dans ma réflexion. Si vous jouez au rugby et que vous avez peur, c'est très compliqué. J'ai fait barrage à ces émotions pendant toute ma carrière." Jusqu'à ce qu'il doive sagement et tristement se rendre à l'évidence...

(*) Sévères maux de tête, problèmes aux yeux, "jambes qui flageolent", décrit Lambie.