Champions Cup : La réponse du directeur général de l'EPCR au RCT

La réponse n’a pas tardé à venir. Alors que, dans un entretien accordé au magazine Midi Olympique, Bernard Lemaître s’était montré très critique à l’encontre de l’EPCR, le directeur général de l’instance européenne s’est confié au quotidien L’Equipe. « Le RCT est frustré, bafoué, insulté... », a ainsi déclaré le propriétaire du RCT dans les heures qui ont suivi la décision du club varois de quitter le pays de Galles et de renoncer à disputer le match face aux Scarlets par crainte d’une propagation du coronavirus. Une sortie médiatique qui n’a visiblement pas été du goût des dirigeants de l’EPCR. « Je trouve tout ça un peu consternant pour être très honnête, a déclaré Vincent Gaillard. Je trouve surtout leur communication dans la presse dommageable pour le club lui-même, et pas à la hauteur de sa réputation, ou de l'enjeu. » Pour ce dernier, l’EPCR a fait de son mieux pour « expliquer les choses » mais également « proposé de reprogrammer le match au dimanche, de faire re-tester les Scarlets pour les rassurer ». Toutefois, pour le dirigeant, les Toulonnais « ne voulaient rien entendre ». A la suite de la décision de donner match perdu au RCT, qui a souvent été en conflit avec l’EPCR, différentes théories ont pu circuler.

Gaillard : « Heureux de travailler avec le nouveau président du RCT »


Quelque chose qui est difficile à accepter pour Vincent Gaillard. « J'ai ensuite entendu dire que l'EPCR en voulait au RCT pour des affaires du passé, que ‘les Anglo-Saxons de l'EPCR’ se liguaient contre les clubs français... Ce n'est pas sérieux, assure le directeur général de l’instance européenne. Nous sommes heureux de travailler avec le nouveau président du RCT et avec l'ensemble de son équipe, au minimum par respect pour un club trois fois champion d'Europe. » Une pique non dissimulée en direction de Mourad Boudjellal, dont les relations avec l’instance installée en Suisse ont toujours été orageuses. Dans la suite de cet entretien, Vincent Gaillard a tenté d’expliquer le processus qui peut mener à l’annulation d’un match. « Nous avons réuni une commission le jeudi, composée de médecins, d'experts, qui ont étudié les éléments fournis par les Scarlets. C'est un travail sérieux, en concertation, assure ce dernier. Les tests avaient été réalisés en début de semaine et il n'y avait qu'un seul cas positif qui posait problème dans l'effectif de Llanelli, correctement pris en charge. Sur cette base, le match pouvait se jouer, comme il se serait joué en Top 14. Je l'ai redit toute la journée du vendredi au président Bernard Lemaitre... » En conclusion, Vincent Gaillard le confirme, « l'EPCR est évidemment obligée de maintenir la rencontre et il n'y avait aucune raison de l'annuler ». Ce qui ne devrait pas passer du côté de la Rade.