Qui va gagner Roland-Garros 2016 ?

Panoramic

Al’exception de 2015, on a coutume de dire que le futur champion du grand-chelem parisien se trouve parmi les vainqueurs des 3 Masters 1000 sur terre battue qui précèdent le tournoi des mousquetaires. De fait, peut-être plus que jamais depuis une bonne dizaine d’années, ce Roland-Garros semble voué à nous offrir un suspense hitchcockien avec 3 vainqueurs différents à Monte-Carlo (Nadal), Madrid (Djokovic) et Rome (Murray) + le tenant du titre (Wawrinka). De fait, ils sont donc 4 favoris sur la ligne de départ, et même si Djokovic partira (a priori) avec une longueur d’avance sur ses 3 principaux rivaux aux yeux des bookmakers, tout semble  possible pour cet Open de France version 2016. Tour d’horizon des différents scénarii envisageables.

Djokovic… enfin ?

Depuis 2011 c’est la même rengaine, le printemps venu, le joueur serbe fait figure de vainqueur en puissance à Paris. En outre, avec une avance colossale sur son dauphin (Murray) au classement ATP et des victoires convaincantes dans les plus grands évènements sur les 10 derniers mois, le vampire des Balkans sera le favori N°1 cette année… comme c’était déjà le cas en 2015 !

Pourtant, malgré ses performances par ailleurs exceptionnelles et une volonté sans faille, Roland-Garros semble être pour l’empereur Djokovic, l’équivalent du village d’Astérix pour Jules César, à savoir une forteresse imprenable. Djoko restera-t-il donc toujours maudit à Roland, à l’instar (entre autres) de John McEnroe ou Pete Sampras ? Ou bien serait-ce enfin l’année du Djoker ? Sur le papier, tout porte à le croire, d’autant que Novak bénéficiera (de prime abord) d’une partie de tableau qui devrait ne lui poser aucun problème. Au moins jusqu’en demi-finale…

Nadal, la decima pour Rafa ?

Maître incontesté (ou presque) des lieux depuis 2005, la mainmise du Taureau de Manacor sur l’ocre de la Porte d’Auteuil a pourtant subi un violent coup d’arrêt en 2015 avec cette défaite sans appel (3 sets secs) en quart contre un Djokovic face auquel il paraît impuissant depuis 2 ans (Nadal n’a plus battu Djoko depuis RG 2014). En outre, Rafa ne possède pas la partie de tableau la plus aisée avec un 1/8e potentiel contre Dominic Thiem avant un probable 1/4 face à Tsonga ou Goffin.

Pourtant, tout comme son début d’exercice 2015 était inquiétant, 2016 semble accréditer la thèse d’un retour en grande forme du Majorquin. Ses victoires à Monte-Carlo ou encore à Barcelone plaident tout du moins en ce sens. La demi-finale (annoncée) face à son bourreau de l’année dernière sent d’ores et déjà la poudre. Elle aura, à n’en pas douter, le parfum de la “vendetta” pour Rafa.

Murray, mieux vaut tard que jamais ?

Peut-on devenir “terrien” sur le tard ? C’est en tout cas ce que montrent les statistiques d’Andy Murray sur les 2 dernières saisons. L’Ecossais qui souffrait auparavant d’une forme de “rejet” face à la surface ocre, semble désormais plus à l’aise que jamais sur ce revêtement. Pour preuve, Coupe Davis en prime, Murray a gagné plus de matchs sur terre-battue que sur les autres surfaces sur les 24 derniers mois. “Incredible”, n’est-ce pas ?

Alors peut-il véritablement soulever la coupe des mousquetaires en 2016 ? Tennistiquement parlant oui : son jeu sur terre s’est grandement étoffé, et physiquement, on le sait, Andy a aussi du coffre. Enfin, sa 2e balle de service qui lui faisait cruellement défaut semble s’être enfin améliorée. Alors “why not”, d’autant que cette année le natif de Dunblane est même venu à bout de Djokovic à Rome.

Wawrinka, bis repetita ? 

On ne l’attendait pas l’année dernière et pourtant il a gagné. A contrario, en 2014, Stan avait remporté le Masters de Monte-Carlo avant de se faire surprendre au 1er tour à Paris… En somme, avec le Vaudois, il est toujours très difficile de savoir de quoi demain sera fait !

De fait, le tenant du titre (vainqueur de l’Open de Genève hier), inconstant au possible depuis le début de la saison, ne partira pas avec les faveurs des pronostics. Ceci-dit, impossible de ne pas le considérer quand même parmi les favoris du tournoi car c’est souvent quand on l’attend le moins que Stan se montre le plus fort.

Et les autres alors ?

Avec les forfaits de dernière minute de Roger Federer et de Gaël Monfils, le tournoi parisien a perdu 2 outsiders de premier choix. Qui d’autre pour créer la surprise cette année ? Le trublion japonais Kei Nishikori (placé dans la partie de tableau de Murray) fait figure de 5e homme, même si on l’imagine encore mal tenir 7 fois 5 sets sur terre. Chez les espoirs, Dominic Thiem, considéré comme un futur vainqueur potentiel du tournoi par Rafael Nadal, a été placé (ironie du sort) dans la partie de tableau de l’Espagnol. Le parcours du jeune autrichien devrait donc s’arrêter en 1/8e de finale.

Enfin, côté français, on peine vraiment à voir qui atteindra la 2e semaine cette année : Tsonga ? Gasquet ? Paire ou Pouille ? Une chose est sûre, ce ne sera encore une fois pas cette année que l’on découvrira le successeur de Yannick Noah…

@Guga57