Miami : Djokovic et les autres

Panoramic

Il en devient presque écœurant. Sans être au meilleur de sa forme, Novak Djokovic a remporté à Indian Wells le 17ème Masters 1000 de sa carrière. Après une entame compliquée et un premier tour où il a bataillé face à Frantangelo, le Serbe est monté petit à petit en régime pour finalement balayer Milos Raonic en finale (6-0 6-2). Déjà un troisième titre cette saison sur quatre tournois disputés (Doha, Open d’Australie et donc Indian Wells). Ultra dominateur en ce début d’année, le Djoker n’a perdu qu’un seul match pour le moment … sur abandon face à Feliciano Lopez à Dubaï. Mieux encore, le protégé de Boris Becker n’a concédé que sept manches en vingt-trois rencontres disputées (Coupe Davis comprise). Une maitrise totale pour celui qui écrase la concurrence en 2016. La preuve encore au classement ATP où Djokovic compte plus de points que Murray et Federer réunis ! A Miami, il sera sans surprise le grandissime favori, lui qui a déjà remporté à cinq reprises le tournoi.

La concurrence pas au rendez-vous

Il faut dire que Novak Djokovic n’a pas eu de véritable concurrent en ce début d’année. Battu en finale à Melbourne, Andy Murray peine à retrouver le rythme depuis sa « pause bébé ». Epuisé par la Coupe Davis et son combat marathon contre Nishikori, l’Ecossais s’est incliné dès le 3ème tour à Indian Wells (contre Delbonis). Il tentera de retrouver ses sensations à Miami, un tournoi qu’il affectionne (sacré à deux reprises).

Roger Federer s’est lui aussi imposé deux fois en Floride. Mais cette fois-ci les chances du Suisse semblent minces. Opéré au genou fin janvier, le numéro 3 mondial va faire son retour cette semaine. Et ce dernier ne devrait pas être épargné puisque dès le deuxième tour il pourrait être opposé à Juan-Martin Del Potro. Un sacré morceau pour une reprise. Dommage, car il est l’un des seuls joueurs à avoir pris un set à Djokovic cette saison (en demi-finale de l’Open d’Australie).

Troisième au classement ATP, Stan Wawrinka est un autre concurrent du Serbe. Mais en 2016, le Suisse brille par son inconstance. Sacré à Chenai (ATP250) et Dubaï (ATP500), le dernier vainqueur de Roland-Garros est aux abonnés absents dans les grands rendez-vous. Que ce soit à Melbourne ou à Indian-Wells, le natif de Lausanne a, par deux fois, été stoppé au stade des seizièmes de finale. Des prestations bien loin de son statut.

A l’inverse, Rafael Nadal montre un visage séduisant en ce début d’année. L’Espagnol tente, tant bien que mal, de se rapprocher du niveau qui fut le sien. Si les résultats ne suivent pas forcément (aucun titre remporté, élimination précoce à l’Open d’Australie), Rafa affiche plus de certitudes. Opposé en janvier dernier à Djokovic (finale de Doha), Nadal s’était lourdement incliné (6-1 6-2). La semaine dernière, en demi-finale d’Indian Wells, il a imposé plus de résistance faisant par moment douter le numéro un mondial (7-5 6-2). Prometteur pour la suite de la saison.

Raonic et les jeunes sonnent la révolte

Problème pour Nadal, il pourrait croiser la route d’un certain Raonic en quarts de finale à Miami.  Une mauvaise nouvelle tant le Canadien impressionne depuis le début de la saison. Pourtant, ce dernier n’a pas beaucoup joué en 2016. Après sa demi-finale accrochée face à Murray à l’Open d’Australie, Raonic a préféré se ménager en vue des grosses échéances. Un choix payant puisque dès son retour, le voici en finale d’Indian Wells. Si sa défaite contre Djokovic est à oublier, sa quinzaine californienne n’en reste pas moins admirable. De même pour David Goffin. Le Belge a réalisé un très beau parcours à Indian Wells avec au menu des victoires face à Cilic ou encore Wawrinka. Le tout ponctué par une belle opposition face à Raonic (défaite en 3 sets). Une forme qu’il faudra confirmer dès cette semaine à Miami. Autre joueur qui devra légitimer les espoirs placés en lui : Dominic Thiem. Le jeune joueur de 22 ans a déjà deux titres à son actif (Buenos Aires et Acapulco) et deux demi-finales (Rio et Brisbane) en 2016. Même si sa surface de prédilection reste la terre battue, l’Autrichien a montré qu’il pouvait lutter sur dur. Il ne serait donc pas étonnant de le retrouver en deuxième semaine à Miami, tout comme Goffin et surtout Raonic.

Tsonga et Monfils en embuscade

Côté français, Tsonga et Monfils paraissent les mieux armés pour ce tournoi de Miami. Dans la continuité de la Coupe Davis, les deux joueurs se sont hissés jusqu’en quarts de finale à Indian Wells. Deux tricolores à ce stade la compétition, une première depuis près de 29 ans ! Après une tournée sud-américaine quasi catastrophique, Jo-Wilfried Tsonga a bien relevé la tête. En témoigne son quart d’une grande intensité face à Djokovic, perdu après deux tie-breaks. Parcours tout aussi honorable pour Gael Monfils. Le Martiniquais a de nouveau buté sur Milos Raonic, comme en janvier dernier en quart de finale de l’Open d’Australie. Mais le joueur coaché par Mikael Tillstrom  confirme son bon début de saison après sa finale à Rotterdam et sa belle victoire en Coupe Davis. Monfils tentera de poursuivre sur sa lancée à Miami où il bénéficie d’une partie de tableau plutôt dégagée jusqu’au stade des quarts.

 


>