Fed Cup - Mission impossible pour les Bleues ?

PANORAMIC

Les absentes ont toujours tort, paraît-il. Aux Bleues de le prouver, ce week-end à Genève, lors de ce premier tour de la Fed Cup. Privée de Caroline Garcia et Océane Dodin, qui ont décliné l’invitation, l’équipe de France féminine affronte une Suisse qui, sur le papier, semble bien plus armée. Avec la 16e mondiale Timea Bacsinszky, qui ouvrira les hostilités contre Alizé Cornet (samedi à partir de 14h), et l’ex-n°7 au classement WTA Belinda Bencic, redescendue au 81e rang et qui sera ensuite opposée à Kristina Mladenovic, les Helvètes ont effectivement de sérieux arguments.

Mais les Bleues, finalistes de la dernière édition, n’étaient pas non plus favorites l’an passé face à des Tchèques qu’elles avaient pourtant héroïquement poussées à un double décisif. Depuis, Yannick Noah a remplacé Amélie Mauresmo en tant que capitaine et, malgré les forfaits, le nouveau boss tricolore se veut optimiste. "Il ne faut pas oublier qu'elles ont un passé ensemble, a-t-il confié sur 24heures.ch à propos de ses joueuses. Elles ne débarquent pas aujourd'hui en Fed Cup." L’une d’elles, si. Car les Françaises ne seront pas trois, mais quatre pour cette entrée en matière.

Hesse, première !
 

Alors que seules Alizé Cornet, Kristina Mladenovic et Paulien Parmentier avaient été convoquées pour cette confrontation, Yannick Noah a décidé d’intégrer Amandine Hesse, qu’il a lui-même introduite lors du dîner officiel de présentation, la veille. "C’est un grand honneur de faire partie de cette équipe de France, et un rêve pour moi depuis que j’ai commencé le tennis, a-t-elle déclaré. Représenter son pays, c’est le rêve de tout sportif. Je remercie encore Yannick et toute l’équipe de me faire confiance." Pour elle, ce baptême devrait avant tout être un stage d’observation.