Sports de glace : Péchalat rend les armes, Gigarel-Noury compte sur l'expérience de Gailhaguet

Gwenaëlle Gigarel-Noury a créé la surprise. Deux ans après son élection à la tête de la Fédération Française des sports de glace (FFSG), Nathalie Péchalat a dû s’avouer vaincue après n’avoir recueilli que 47,7% des voix à l’occasion de l’Assemblée Générale organisée ce samedi au siège du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF). Si elle accepte le résultat du scrutin « parce que c’est la démocratie », l’ancienne patineuse a assuré dans des propos recueillis par le quotidien L’Equipe que « c'est une humiliation pour tout le travail collectif qu'on a mené depuis plus de deux ans ». Ajoutant espérer que « toutes les promesses qui ont été faites au club seront tenues pour le bien des sports de glace », Nathalie Péchalat a assuré qu’elle n’avait pas voulu jouer la surenchère. « Faire des promesses pour me faire réélire, ce n'est pas mon fonctionnement », a-t-elle confié. Une élection sur laquelle l’ombre de Didier Gailhaguet a plané, au grand dam de l’ancienne présidente de la FFSG. « C'est la honte intersidérale pour l'ensemble des sports de glace, on revient à un autre système de valeurs, à un autre fonctionnement, à d'autres méthodes qui ne sont pas les miennes, a-t-elle répondu à la question sur un éventuel retour de l’ancien parrain des sports de glace. Pour ces raisons, je suis très contente de ne pas en faire partie. »


Gailhaguet, « un consultant comme tous les autres » pour Gigarel-Noury


La nouvelle patronne des sports de glace français ne le cache pas, Didier Gailhaguet a bien été consulté. « Je ne le cache pas parce que pour moi ça reste un passionné des sports de glace, ça reste quelqu'un qui connaît les rouages de cette fédération », a ainsi justifié Gwenaëlle Gigarel-Noury quelques minutes après son élection avec 52,3% des voix. Assurant vouloir s’entourer « de gens compétents qui connaissent cette machine fédérale », la présidente de la FFSG affirme que « Didier Gailhaguet en fait partie » mais sera « un consultant comme tous les autres ». Avant d’aborder ce sujet lourd, celle qui revendique « cinq ans » d’activité à la fédération après avoir pratiqué le patinage dans sa jeunesse, a assuré que cette élection est « une grande émotion » à l’issue d’un « travail qu'on a mené en équipe depuis plusieurs mois ». Gwenaëlle Gigarel-Noury a assuré vouloir « représenter tous les clubs et de faire en sorte que les clubs soient au centre de cette fédération, que les clubs soient des acteurs de la fédération ». Pour cela, la président de la FFSG entend avoir « une équipe solide » à ses côtés avec Patrice Martin comme secrétaire général… mais la potentielle influence de Didier Gailhaguet sera sans doute abordé tout au long de son mandat.

>