Relais de Ruhpolding (H) : La victoire pour la Russie, la cinquième place pour la France



La Russie a su tenir son rang. Alors que la Norvège, victorieuse des deux premiers relais masculins disputés cette saison, a aligné une équipe largement remodelée et que la France a donné sa chance à sa jeunesse, les Russes ont su tirer leur épingle du jeu et avoir le dernier mot à Ruhpolding. Les Bleus ont été mis en difficulté d’entrée de jeu avec une cible récalcitrante pour Fabien Claude sur son tir couché qui lui a imposé un tour de pénalité et de repartir en fond de peloton. Toutefois, avec une seule pioche sur le tir debout, ce dernier a pu lancer Emilien Jacquelin à moins de 40 secondes d’un groupe de tête inattendu composé des Etats-Unis, de l’Italie, de la Russie et de la Biélorussie. La Norvège, volontairement privée de ses têtes d’affiche mises au repos en vue des Jeux d'hiver, a joué de malchance. En effet, le Suédois Peppe Femling s’est trompé de cibles, visant celles du Norvégien Aleksander Fjeld Andersen. Ayant perdu sans raison du temps, l’équipe de Norvège a vu les commissaires enlever deux minutes de son temps de course mais le mal était déjà fait.

Perrot a tout donné pour son premier relais


Profitant des balles perdues par ses rivaux et auteur d’un 10/10 au cumul de ses deux passages face aux cibles, Emilien Jacquelin a remis les Bleus aux avant-postes au moment de céder sa place à Eric Perrot, dont c’était le premier départ sur un relais masculin en Coupe du Monde. En effet, le natif de Bourg-Saint-Maurice s’est élancé en troisième position, au contact de l’Ukraine, de la Russie et de la Biélorussie et à moins de huit secondes de l’Italie. Cette dernière a profité du bon relais de Dominik Windisch pour installer la Squadra Azzurra en tête de la course mais le jeune David Bionaz a subi le retour de ses adversaires. En effet, Alexandr Loginov a redonné la première place à la Russie au terme de son tir couché, devant la Biélorussie et l’Ukraine. Un trio de tête qui n’a pas bougé sur le tir debout mais cette dernière a alors vu Benedikt Doll revenir fort sur Bogdan Tsymbal pour permettre à l’Allemagne d’aborder le dernier relais en troisième position à 30 secondes de la tête de course. Les Bleus, avec quatre pioches pour Eric Perrot, a vu Quentin Fillon Maillet prendre la piste en septième position avec un retard proche de la minute.

Tsvetkov n’a pas craqué pour la Russie, les Bleus sont bien remontés


A l’avant de la course, le tir couché a permis à Maksim Tsvetkov de creuser l’écart sur Pascal Nawrath pour l’Allemagne et Anton Smolski pour la Biélorussie quand Quentin Fillon Maillet a dû s’y reprendre à trois fois pour blanchir sa dernière cible. Deux balles de pioche qui ont alors mis un terme définitif aux espoirs de troisième podium en trois relais cette saison pour l’équipe de France. N’ayant pas perdu sa motivation, le leader du classement général de la Coupe du Monde n’a pas coupé son effort et, grâce à une efficacité totale sur son tir couché, a permis aux Bleus de remonter au cinquième rang à l’orée du dernier tour. Devant, Pascal Nawrath a tout donné pour revenir sur Maksim Tsvetkov mais il n’a pas pu réduire son retard à moins de cinq secondes. La Russie s’impose au final avec une marge de sept secondes sur l’Allemagne quand la Biélorussie a coupé la ligne d’arrivée 23 secondes plus tard. L’Italie et, donc, la France complète le Top 5 de ce relais. La Norvège, au terme d’une course mouvementée, est finalement classée septième à deux minutes. Les Bleus auront une dernière occasion de se régler sur le relais à Antholz-Anterselva avant de se lancer dans la quête du titre olympique à Pékin.

BIATHLON - COUPE DU MONDE (H) / RELAIS DE RUHPOLDING
Classement final - Samedi 15 janvier 2022
1- Russie (Khalili-Serokhvostov-Loginov-Tsvetkov) en 1h11’06’’1 (0 tour de pénalité + 4 pioches)
2- Allemagne (Lesser-Rees-Doll-Nawrath) à 7’’0 (0+2)
3- Biélorussie (Labastau-Lazouski-Varabei-Smolski) à 23’’0 (0+6)
4- Italie (Bormolini-Windisch-Bionaz-Hofer) à 53’’7 (0+5)
5- France (Claude-Jacquelin-Perrot-Fillon Maillet) à 1’15’’0 (1+10)
6- Ukraine (Pryma-Pidruchnyi-Tsymbal-Dudchenko) à 1’44’’9 (0+6)
7- Norvège (Andersen-Aspense-Dale-Bjeontegaard) à 2’00’’6 (0+10)
8- Suède (Femling-Nelin-Ponsiluoma)Samuelsson) à 2’10’’6 (1+12)
9- Canada (Runnalls-C.Gow-Burnotte-S.Gow) à 2’32’’0 (2+12)
10- Suisse (Stalder-Finello-Jaeger-Hartweg) à 2’51’’1 (0+11)

>