Hockey sur glace - Mondial (H) : Une grosse claque pour finir, mais l'essentiel est assuré

Panoramic
C'était le match de trop pour l'équipe de France masculine de hockey sur glace au Mondial finlandais... Alors que les Bleus avaient battu les équipes à leur portée (l'Italie et le Kazakhstan) et bien résisté aux équipes d'un niveau supérieur (Suisse, Allemagne, Slovaquie et Danemark) durant cette phase de poules, ils ont complètement craqué face au Canada. Mardi soir, les hommes de Philippe Bozon ont été battus 7-1 par les Canadiens (qui n'alignaient pas certaines de leurs stars, qui disputent les play-offs NHL), encaissant d'abord un 5-0 en 46 minutes (buts de Cozens, Comtois, Dubois, O'Dell et Whitecloud), avant qu'Anthony Rech ne sauve l'honneur à douze minutes de la fin grâce à un tir dans la lucarne droite. Mais Dubois et Severson ont corsé l'addition en fin de mach. La France termine donc à la sixième place du groupe A, ce qui l'assure du maintien dans l'élite, puisqu'il fallait éviter la dernière place (qui revient à l'Italie) pour ne pas descendre. Les Bleus, repêchés pour le Mondial 2022 suite à la disqualification de la Russie, disputeront bien le Mondial 2023 avec les meilleures équipes du monde.

Bozon : "Le maintien était l’objectif prioritaire pour le groupe, pour la Fédération"


Après la déroute contre le Canada, le sélectionneur Philippe Bozon et le vice-capitaine Sacha Treille, voulaient retenir l'essentiel : le maintien et l'état d'esprit du groupe. « C’est sûr que ce n’était pas le match qu’on espérait. On s’était dit dans le vestiaire qu’on avait vécu un super tournoi, qu’on avait fait des gros matchs contre quasiment toutes les équipes et ça nous tenait à cœur de bien finir. Malheureusement, on est tombé sur bien plus fort, reconnait Treille. Il manquait un petit quelque chose. Ce n’est pas la fin qu’on espérait, mais quand on regarde tout ce qu’on a fait, on est quand même bien satisfait du Mondial et de notre qualification pour l’année prochaine. Si on regarde un peu ce qu’il s’est passé ces dernières années… On est descendu et on n’a jamais eu la chance de prouver qu’on pouvait remonter (les Mondiaux de D2 ont été annulés à cause du covid, ndlr), et avec les événements qui se sont passés, on a eu cette chance et on a su la saisir en faisant des gros matchs contre les équipes de notre niveau et en accrochant celles du niveau supérieur, donc on ne peut qu'être satisfait. » « Le match de ce soir, je vais l’oublier, confiait de son côté Philippe Bozon. Je ne sais pas si c’est physique, mental… Ce n’est pas ce qu’on veut retenir de ce Mondial. Sept matchs en une quinzaine jours, c’est dur. Le physique a peut-être lâché, le mental aussi peut-être. On a vu tout de suite que ce serait compliqué. Le maintien était l’objectif prioritaire pour le groupe, pour la Fédération. Mais ce que je retiens surtout c’est ce que les joueurs ont montré à tous les matchs, sauf le dernier. On a été proche dans quasiment tous les matchs. » Rendez-vous l'année prochaine, avec pourquoi pas, des ambitions de quarts de finale ?

>