Hockey sur glace - Bleus : 25 joueurs convoqués pour préparer le TQO

Absente des Jeux Olympiques depuis 2002 et sa 14eme place à Salt Lake City, l’équipe de France masculine de hockey sur glace espère bien revenir dans le giron olympique vingt ans plus tard, en février prochain à l’occasion des Jeux Olympiques de Pékin. Pour cela, les hommes de Philippe Bozon vont devoir passer par un Tournoi de qualification olympique du 26 au 29 août à Riga en Lettonie. La France, 15eme nation mondiale, affrontera l’Italie (17eme), la Hongrie (21eme) et la Lettonie (10eme), et seul le vainqueur du tournoi verra la Chine. Afin de préparer au mieux ce rendez-vous capital, le sélectionneur a fait appel à 25 joueurs pour un stage de préparation du 25 au 31 juillet à Cergy-Pontoise. Il s’agit de Henri-Corentin Buysse (Amiens), Florian Hardy (Anglet) et Sébastian Ylonen (Cergy-Pontoise) pour les gardiens, Aziz Baazzi (Amiens), Romain Bault (Amiens), Florian Chakiashvili (Rouen), Pierre Crinon (Michalovce, Slovaquie), Hugo Gallet (Kalpa, Finlande), Kévin Hecquefeuille (Mulhouse), Vincent Llorca (Angers) et Antonin Manavian pour les défenseurs, et Pierre-Édouard Bellemare (Colorado, Etats-Unis), Eliot Berthon (Genève, Suisse), Kévin Bozon (Winterthur, Suisse), Tim Bozon (Lausanne, Suisse), Teddy Da Costa (Oswiecim, Pologne), Floran Douay (Lausanne, Suisse), Loïc Farnier (Angers), Damien Fleury (Grenoble), Guillaume Leclerc (Ljubljana, Slovénie), Jordann Perret (Mountfield, République tchèque), Anthony Rech (Wolfsburg, Allemagne), Nicolas Ritz (Angers), Alexandre Texier (Colombus, Etats-Unis) et Sacha Treille (Grenoble) pour les attaquants.

Les Bleus attendent une compétition depuis 2019


Deux des trois joueurs français de NHL seront donc présents (il manque Antoine Roussel), tout comme les deux fils du sélectionneur, et un vainqueur de la Ligue Magnus (Chakiashvili, avec Rouen). « L’objectif pour ce premier stage, est de se remettre en bonnes conditions, de se « refaire les jambes » et d’être prêts pour la 2eme partie de la préparation, qui commencent mi-août. On va travailler le physique mais aussi les agilités techniques individuelles, on finira certainement avec une partie tactique en fin de stage », a fait savoir le sélectionneur. A ce jour, la Chine, le Canada, la Russie, la Finlande, la Suède, la République tchèque, les Etats-Unis, l’Allemagne et la Suisse ont leur billet pour Pékin. Rappelons que les Bleus n’ont plus joué de compétition internationale depuis 2019, puisque les championnats du monde de deuxième division (dans laquelle ils évoluent désormais) ont été annulés en 2020 et 2021 en raison de la pandémie de coronavirus.

>