Japon : Le président de la Fédération aimerait intégrer le Rugby Championship plutôt que le 6 Nations


Quart de finaliste de sa Coupe du monde à domicile en 2019, une grande première dans son histoire, le Japon espérait surfer sur la vague pendant les quatre années suivantes pour faire au moins aussi bien lors du Mondial 2023 en France. Mais la pandémie de coronavirus est arrivée et les Brave Blossoms n’ont pu disputer que six matchs depuis : aucun en 2020 et six en 2021, avec une seule victoire au compteur, au Portugal (25-38). Ce samedi, le président de la Fédération japonaise de rugby Kensuke Iwabuchi a expliqué que pour son équipe s’améliore, il fallait qu’elle puisse intégrer un Tournoi majeur. Et sa préférence va vers l’Hémisphère Sud.

Le Japon 10eme mondial


« Le fait que notre équipe nationale n'ait pas joué pendant presque deux ans a eu un impact énorme. Nous devons absolument être impliqués dans des compétitions internationales régulières, sinon nous ne pouvons pas nous attendre à maintenir une équipe toujours forte. L'Europe a le Tournoi des 6 Nations et l'Hémisphère Sud a le Rugby Championship. Nous sommes en pourparlers avec les deux compétitions, mais alors que le Japon est techniquement dans l'Hémisphère Nord, du point de vue du fuseau horaire, nous sommes plus proches de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande et des pays du Pacifique, il est donc probablement logique de se connecter avec leurs compétitions. Je reste très optimiste concernant les Brave Blossoms et pense qu'avec deux années de préparation solide avant France 2023, nous pouvons être en mesure d'obtenir des résultats similaires, voire meilleurs qu'en 2019. » Le Japon occupe actuellement le 10eme rang mondial au classement Word Rugby, entre l’Argentine et les Fidji. S’ils veulent rallier les quarts de finale en 2023 en France, les Japonais devront finir dans les deux premiers d’un groupe qui comporte l’Angleterre, l’Argentine et les Samoa… Pas simple, mais s’ils affrontent régulièrement la Nouvelle-Zélande, l’Australie ou encore l’Afrique du Sud d’ici là, ils ne pourront que s’améliorer.

>