Serie A : L'Inter, si proche mais tellement loin

Un petit point. Voilà ce qui fait la différence à la fin de la Serie A entre une Juventus championne et des Interistes plus motivés que jamais à renverser la Vieille Dame. C'est un bilan à la fois encourageant et frustrant. L'Inter a fait douter les coéquipiers de Cristiano Ronaldo jusqu'à l'avant-dernière journée mais depuis plusieurs mois l'hégémonie turinoise n'a pas vraiment été menacée. Les confrontations directes le prouvent : l'Inter n'évolue pas encore au niveau de la Juve. Les partenaires de Romelu Lukaku ont perdu ces deux matchs (1-2, 2-0). Pour rester dans le coup, ils ont misé sur une certaine régularité. Mais paradoxalement, deux périodes difficiles ont vite réduit les chances de titre.


Au coeur de l'été, Antonio Conte a été remis en cause

Leader à la dix-huitième journée, l'Inter a concédé trois nuls consécutifs au cœur de l'hiver. Ceux contre Lecce (1-1), alors 17eme et Cagliari (1-1), durant lequel Lautaro Martinez a été expulsé ont laissé des traces. Le titre de champion d'automne a été perdu et les espoirs du Scudetto ont pris un coup. En fin de saison, une défaite évitable contre Bologne (1-2) et un match nul frustrant contre l'Hellas Vérone (2-2) ont relégué l'Inter à la quatrième place. Le titre semblait alors très loin et l'avenir d'Antonio Conte a été discuté. Une fin de saison quasi-parfaite a finalement confirmé l'Inter comme le rival numéro 1 de la Juventus et prouvé que l'entraîneur arrivé l'été dernier est l'homme de la situation. Sa méthode a été assimilée et fonctionne.


Deuxième, l'Inter reste le meilleur club milanais

Deuxième meilleure attaque, meilleure défense, le club lombard a été complet et souvent séduisant. A sa tête, l'entraîneur de 51 ans a rempli l'objectif de sa première saison à Giuseppe-Meazza : s'inviter dans la course au titre et embêter le champion en titre turinois. Il faut se souvenir qu'à l'issue de la 23eme journée, l'Inter était en tête du championnat après un succès renversant dans le derby contre l'AC Milan (4-2). Si la Serie A n'est pas tombée dans les mains de Marcelo Brozovic & co, la capitale de la Lombardie est bien noire et bleue. Les deux derbys ont été remportés et on connaît l'importance de ces matchs dans une saison.

Malheureusement, cette domination territoriale n'a pas été exportée au niveau national. Mais cela pourrait vite changer. Les certitudes gagnées au fil des matchs et les arrivées de Christian Erisken et Ashley Young durant l'hiver prouvent que l'Inter a des ambitions sur le long terme. Pour grandir, analyser ce qui a pu être mauvais cette saison sera primordial. Mais l'avantage quand on termine deuxième pour un petit point, c'est qu'il est facile de voir ce qui aurait pu être mieux pour ne pas revivre une telle situation.

Le résumé d'Atalanta - Inter