Serie A - La Juve doit-elle vraiment craindre l’Inter ?

Panoramic

LEs POUR
 

L’Inter a enfin un « top coach »
 

Sans faire injure à ses prédécesseurs, Antonio Conte les a pour le moment complètement éclipsés. Arrivé fin mai pour succéder à Luciano Spalletti, l’ancien sélectionneur italien est parvenu à imposer sa patte dès ses premières semaines sur le banc. Lors du Mercato d’abord où il a fait des choix humains forts : exit Mauro Icardi (même si son cas est spécial), Ivan Perisic ou Radja Nainggolan pourtant titulaires mais sur lesquels il ne comptait pas. Lors d’entraînements très intenses, il a mis en place un 3-5-2 qui séduit, notamment au niveau de la relance. Mais pour Grégory Paisley, qui commente la Serie A sur beIN SPORTS, c’est l’état d’esprit qui a le plus évolué : « Tu sens que c’est une équipe qui a la dalle. Les deux années précédentes, sous les ordres de Luciano Spalletti, ils avaient des situations pour basculer du bon côté mais, mentalement, ça flanchait et certains joueurs lâchaient. Mais cette année, tu sens que ce sont des morts de faim jusqu’à la dernière minute. Là, c’est vraiment le travail de Conte qui paye. Cette équipe a été transformée mentalement. » 

Une attaque LuLa de feu
 

Neuf buts en 18 tirs cadrés pour Romelu Lukaku, 5 réalisations pour Lautaro Martinez : Antonio Conte ne s’est pas trompé au moment de donner les clés de l’attaque au Belge et à l’Argentin. Si Mauro Icardi cartonne au PSG, l’Inter Milan ne regrette pas son ancien capitaine pour le moment. Conte voulait absolument Lukaku, il l’a eu contre un chèque gargantuesque (80 M€) et a su le mettre dans les meilleures dispositions. Et l’ancien avant-centre de Manchester United a fait taire les critiques sur son manque d’efficacité nées après une dernière année décevante à Old Trafford. Les révérences après ses buts se sont multipliées depuis le début de la saison et son association avec Lautaro fonctionne très bien. Un point d’ancrage solide qui sait mener les contre-attaques avec brio et un buteur pur-sang capable de marquer dans toutes les situations dans la surface : la LuLa est l’une des belles surprises de cette saison italienne.

 

Une défense à trois qui séduit 


On s’en doutait : avec l’arrivée de Diego Godin, la défense de l’Inter Milan a passé un cap. Même si l’Uruguayen vient de connaître un petit coup de mou, il forme avec Milan Skriniar et Stefan de Vrij, devant un Samir Handanovic toujours au niveau, une arrière-garde redoutable. « Bien aidé par un milieu de terrain travailleur, c’est toute l’assise défensive qui impressionne, estime Grégory Paisley. Même s’ils leur arrivent de prendre pas mal de buts sur un match, en valeur intrinsèque, ils sont solides. » Seules la Juve et l’Hellas Vérone ont pris moins de buts que les Nerazzurri et la présence devant la défense à trois de Marcelo Brozovic, qui n'a pas manqué une minute en championnat, ou encore de Nicolo Barella n’est pas anodine. Les rouages sont pour le moment bien huilés surtout en championnat, mais, en Ligue des Champions, cela coince, notamment à cause de quelques zones d’ombre… 

les CONTRE
 


Un effectif trop court, Giroud en secours ?
 

C’est le point noir de cette première partie de saison ! En Serie A, avec 10 victoires en 12 matchs, cela n’a pas choqué mais, en Ligue des Champions, le manque de profondeur de banc a été criant et pointé du doigt par Antonio Conte lui-même. Sa sortie devant la presse juste après la défaite à Dortmund (3-2) et une 3ème place à deux journées de la fin a été claire, nette et précise. « On peut mettre en difficulté tout le monde mais ce sont toujours les mêmes qui jouent. Ce n'est pas un problème avec le club, les choses se font ensemble. Des erreurs importantes ont été commises. On ne peut pas jouer le championnat et la Ligue des Champions de cette façon, toujours à la limite. (…) Lukaku et Lautaro ont joué pratiquement tous les matchs cette saison et le risque est qu'ils se blessent parce qu'ils n'auront pas eu assez de repos. Si cela se produisait, ce serait un vrai gros problème. »

Conte : ''Pas assez bons pour trouver une solution''

 

La grave blessure d’Alexis Sanchez, revenu se relancer en Lombardie, a privé Conte d’une solution de repli de qualité. Matteo Politano, un ailier de formation, et le très jeune Sebastiano Esposito (17 ans), sont trop légers pour le calibre de cette ambitieuse Inter. Et si Olivier Giroud débarquait cet hiver ? Cette rumeur a pris de la consistance dans la presse italienne puisque Sky Italia a annoncé que les dirigeants milanais auraient rencontré le clan Giroud. Dans l’impasse à Chelsea, le n°9 français souhaite se relancer à six mois de l’Euro 2020 et offrirait à Conte une très bonne alternative à Lukaku. A défaut pour Giroud de lui assurer une place de titulaire indiscutable dans un gros club… 

Une Juve encore un peu endormie 


En quête d’un 9ème Scudetto de suite, la Juventus Turin a commencé piano piano sa saison. Si au classement, cela ne se ressent pas avec 10 succès et 2 nuls en 12 matchs, c’est dans le jeu que les hommes de Maurizio Sarri n’impressionnent pas. « Cette Juve est poussive mais c’est pour ça que ça me conforte dans l’idée que la Juve sera championne, renchérit Grégory Paisley. Offensivement, ils sont en difficulté, ils n’ont mis que 20 buts (ndlr : contre 26 à la même époque l’an passé), ils se procurent énormément d’opportunités, mais ils manquent d’efficacité, ce qui est assez incroyable par rapport aux joueurs qu’ils ont. Tu te dis qu’au printemps, quand la machine sera définitivement lancée, cela va être un rouleau compresseur comme on a pu le voir lors des dernières années. » Et dire que Cristiano Ronaldo n’a inscrit que 5 buts pour le moment…

 

Une fin de calendrier problématique
 

« L’Inter va titiller la Juve jusqu’au bout, ils seront là, tempère toutefois l’acolyte de Philippe Genin 
qui a jeté un œil au calendrier qui attend les deux favoris pour le titre d’ici la fin de saison. Les Intéristes vont devoir se déplacer à Turin lors de la phase retour et leur fin de championnat est corsée. Ils ont 4-5 matchs compliqués contrairement à la Juve qui a un calendrier un peu plus aisé. Donc je ne vois pas la Juve ne pas être championne. » Effectivement, lors des deux dernières journées si le bras de fer est toujours de mise, recevoir le Napoli et se déplacer à l’Atalanta Bergame pour l’Inter n’est pas de tout repos. D’une manière générale, c’est lors des grands matchs qu’on attend plus des partenaires d’Antonio Candreva. Car, même s’ils n’ont pas démérité, ils se sont inclinés à domicile face à la Juve lors du premier Derby d'Italie. La faute à un but de Gonzalo Higuain à la 80ème minute (1-2). « Psychologiquement, tu peux dire ce que tu veux, cela a forcément eu un impact », souffle Grégory Paisley pour qui le sort en est déjà jeté… 

Higuain a fait basculer le Derby d'Italie : 

 


>