Le Napoli a bien grandi

Le 23 novembre 2019. Naples se déplaçait à Milan pour tenter de sortir de la crise. Chez le 14eme de Serie A, Carlo Ancelotti faisait une de ses dernières sorties sur le banc azzurri. Les deux équipes n'avaient pas réussi à se départager (1-1). Un an plus tard, ces deux outsiders se retrouvent. Et l'ambiance est bien différente. Si le club lombard est passé de la course au maintien à la première place du championnat d'Italie, au pied du Vésuve, on espère à nouveau se mêler à la course au titre.

Grâce à Gennaro Gattuso, le club partenopei s'est relevé. Son sens de la discipline a remis dans le droit chemin des joueurs qui n'avaient pas hésité à provoquer une mutinerie l'an passé. L'expérience et la science tactique du champion du monde 2006 ont permis à son équipe de progresser. Après une fin de saison 2019-2020 encourageante, les coéquipiers d'un Lorenzo Insigne plus important que jamais, ont pris encore un peu plus de maturité depuis la rentrée.

Gattuso tire le maximum d'un groupe qu'il a construit


Sur le terrain, les Napolitains ne se sont inclinés qu'une seule fois cette saison. C'était face à Sassuolo (0-2). Si la rencontre perdue sur tapis vert à Turin va longtemps rester en travers de la gorge des Azzurri, elle pourrait aussi motiver les troupes de Gennaro Gattuso. Depuis le début de l'année, ce Napoli n'a rien à envier au champion d'Italie. En 4-2-3-1, l'équipe basée en Campanie est efficace des deux côtés du terrain. Elle a la troisième défense et la cinquième attaque. Même sans Victor Osimhen qui est blessé, Naples a un secteur offensif très dense et une défense de qualité. Le tout est sublimé par un duo de gardiens reconnus et des individualités retrouvées, à l'image d'Hirving Lozano.

Le Mexicain a déjà marqué quatre buts cette saison et est le meilleur buteur de son équipe en championnat. Il a retrouvé la confiance à l'image de la plupart de ses coéquipiers dont Kalidou Koulibaly. La preuve que miser sur la stabilité malgré une saison en partie passée dans la deuxième moitié du classement n'était pas un pari si risqué. La qualité de l'effectif napolitain est là et elle est parfaitement exploitée par un Gennaro Gattuso qui a eu les renforts qu'il souhaitait durant l'été. Rino a lui-même négocié les arrivées de Victor Osimhen et Tiémoué Bakayoko et on comprend mieux pourquoi. Ils sont importants pour lui et son système qui mêle agressivité défensive et quatuor offensif. Aujourd'hui, son onze lui donne clairement satisfaction et peut lui permettre de rêver grand. Un miracle quand on sait où était cette équipe il y a exactement un an.