Juventus : Un Ronaldo vous manque...

Deux matchs nuls consécutifs face à Crotone puis au Hellas Vérone (1-1 dimanche). A l'échelle de la Juventus, c'est un enchaînement qui frôle la catastrophe. Les Turinois n'ont tiré qu'une fois au but lors des 45 premières minutes - et ont tenté deux fois maximum lors de leurs quatre autres premières périodes cette saison en Serie A. C'est la première fois depuis 2015 qu'ils ne figurent parmi les deux premiers après cinq journées (cinquièmes, voire sixièmes si la Roma s'impose lundi à Milan). "Même s'il y a eu du mieux dans les 20 dernières minutes, ils ont été plutôt inquiétants dans le jeu, concédait notre consultant Grégory Paisley en direct, dès le coup de sifflet final dimanche soir. C'est trop insuffisant pour les Bianconeri et Andrea Pirlo." Le nouveau coach de la Juve, dans ses chaussons après le succès 3-0 en ouverture du championnat devant la Sampdoria, n'a même pas eu le temps de savourer.

"On a été trop attentistes en première période, concède l'ancien maître à jouer (en conférence de presse). Nous n'avons pas été assez agressifs au milieu. On a réagi après leur but en seconde période, mais on ne peut pas attendre une gifle pour se réveiller, il faut être plus déterminés dès le coup d'envoi. On doit s'améliorer." A la fin du match, Pirlo est même apparu agacé par l'attitude agressive du coach adverse, en transe après ce point du nul. Pas courant de sa part...

Si les 95 minutes de Paulo Dybala sont une bonne nouvelle, alors que l'Argentin n'avait plus été titularisé depuis fin juillet, un seul nom est évidemment sur toutes les lèvres dans les rangs des Bianconeri, qui continuent de tâtonner dans leur nouveau système : celui de Cristiano Ronaldo. "CR7" vient de rater es deux dernières sorties en raison de son contrôle positif au Covid en sélection. Nul doute que Pirlo n'aurait pas eu besoin de délivrer un tel message après la rencontre, puisque son quintuple Ballon d'Or s'en serait chargé à sa manière sur le terrain... Dans ce contexte, le choc de mercredi face au Barça, en C1, s'annonce plus bouillant que jamais. Une nouvelle absence du Portugais (désormais la boule à zéro) serait terriblement décevante. Même Lionel Messi, sans aucun doute, en serait triste.