Inter : Eriksen, vraiment relancé ?

Reuters

Il était partout. Samedi dernier, lors de la large victoire contre Benevento (4-0), Christian Eriksen a réalisé son meilleur match avec l’Inter, lui qui est en grande difficulté depuis son arrivée il y a un an. A l’origine de l’ouverture du score, sur un coup franc qui s’est transformé en but contre son camp, il a été à la baguette et bien failli marquer à plusieurs reprises son deuxième but en Serie A, sur corner direct, coup franc ou dans le jeu, avec la frappe puissante et précise dont il a le secret. Mais Lorenzo Montipo, le gardien adverse, l’en a empêché, quand il n’était pas sauvé par sa barre transversale.  

Et si le Danois a retrouvé le banc des remplaçants mardi lors de la défaite contre la Juventus en demi-finale aller de la Coupe d’Italie (1-2), ne jouant que les vingt dernières minutes, il n’en a pas moins retrouvé la lumière alors que personne ne l’imaginait toujours à Milan à la fin du mercato hivernal. Son directeur sportif avait d’ailleurs été on ne peut plus catégorique fin décembre, au micro de la Sky. "Il partira en janvier. Il n'entre plus dans les plans du club et il a eu des difficultés pour s'imposer. Je pense que c'est une bonne chose pour lui. Il rebondira ailleurs", avait ainsi lâché Giuseppe Marotta.  

 

Conte : "Il est très timide"


On évoquait alors un retour à Tottenham, ce qui aurait pu permettre à Dele Alli de rejoindre le PSG. Mais rien de tout cela ne s’est produit. Déjà car l’Inter, en grande difficulté financière en raison des effets de la crise sanitaire mais aussi de sa politique de transferts, n’était pas en mesure de lui trouver un remplaçant en cas de départ. Et puis, à quelques jours de la clôture de ce marché d’hiver, Eriksen a eu la bonne idée d’inscrire, d’un maître coup franc, le but vainqueur au bout du temps additionnel face aux voisins de l’AC Milan en quarts de finale de la Coupe d’Italie (2-1).  

"Il a besoin d'être plus déterminé"



Sous contrat jusqu’en 2024, le milieu de terrain de 28 ans est donc resté. Et Antonio Conte, qui le fait évoluer dans un rôle plus réculé, espère que le déclic a eu lieu. "Il est très timide, alors j’espère que ce but pourra le secouer et le faire sortir de sa coquille. On l'aime tous, c'est un bon garçon, peut-être trop bon ! Il a besoin d'être plus déterminé", confiait l’entraîneur des Nerazzurri après le très chaud derby. Reste à voir s’il continuera à lui donner sa chance, notamment vendredi soir (20h45 en direct sur beIN SPORTS) lors du déplacement sur la pelouse de la Fiorentina en ouverture de la 21e journée. Un match qui pourrait permettre à l’Inter de s’emparer provisoirement de la première place au détriment du Milan, qui ne joue que dimanche, contre Crotone. 

Conte : "Eriksen doit croire plus en lui" :


>