AS Roma - La seconde jeunesse d'Aleksandar Kolarov

Panoramic

Comme Sinisa Mihajlovic ou Luigi Di Biagio, Aleksandar Kolarov a porté le maillot de la Lazio et de la Roma. Même si le Serbe a joué pendant sept saisons à Manchester City entre ses deux expériences italiennes, les critiques avaient été vives à l'époque. Du côté laziale comme du côté romanista, des banderoles insultantes avaient été brandies. Mais trois ans après ce transfert décrié, le natif de Belgrade est indiscutable dans les rangs de la Louve.

Son implication est telle que l'on pourrait presque oublier son premier passage italien sous les couleurs de l'ennemi juré. Si ses cheveux virent au gris, lui, n'est jamais dans le rouge. C'est bien simple, depuis son arrivée pendant l'été 2017, Kolarov est le giallorossi qui a passé le plus de temps sur le terrain. En janvier dernier, il a prolongé son contrat jusqu'en 2021. A l'époque, il restait sur 25 matchs de Serie A consécutifs joués en intégralité. Une prouesse accomplie à cheval sur deux saisons qui prouve la régularité du latéral gauche.

 

Kolarov, un défenseur très prolifique


Le trentenaire est tout simplement indiscutable. Depuis son retour en Italie, il a pris une nouvelle dimension. Métamorphosé par sept saisons passées dans les rangs de Manchester City, le Serbe est revenu avec un incroyable palmarès et un jeu encore plus complet qu'auparavant. En trois saisons avec le club romain, le gaucher a été impliqué sur 38 buts toutes compétitions confondues. Un chiffre incroyable pour un défenseur. Cette saison, en 24 titularisations, il a marqué six buts et délivré quatre passes décisives. L'an passé, ses huit réalisations lui avaient permis d'être élu dans le meilleur onze de la saison. Une consécration pour un défenseur à la lourde frappe.

Mais les statistiques offensives d'Aleksandar Kolarov ne doivent pas faire oublier son impact défensif. Avec son physique et son expérience, il parvient à faire la différence dans les deux surfaces de réparation. Ses performances dans le derby contre la Lazio le prouvent. Le joueur aux 90 sélections avec la Serbie a été capable de marquer à deux reprises, mais aussi d'être exclu. C'est aussi comme ça qu'il a fait oublier son expérience laziale pour mieux se faire accepter par une Roma qui lui permet de s'illustrer malgré son âge avancé.

Le coup franc sublime de Kolarov :