AS Roma - Kluivert, au nom du fils

Reuters
Son père espérait le voir au Barça après l'Ajax, c'est d'abord la Roma. Excellent choix, à coup sûr, tant le gamin néerlandais peut s'y épanouir tranquillement, alors qu'un transfert aussi tôt chez les Blaugrana l'aurait envoyé au casse-pipe. Encore loin de sa plus belle saison à dix buts en 30 matchs de championnat il y a deux ans, avec l'Ajax, il joue plus régulièrement pour sa deuxième année sous le maillot de la Roma, et les chiffres s'en ressentent : sept buts en 27 matchs toutes compétitions confondues - dont deux lors de ses deux derniers matchs avant l'arrêt dû au coronavirus -, contre deux en 36 rencontres la saison dernière.

Hormis une blessure à la cuisse qui l'a laissé sur le flanc un mois entre décembre et janvier, Justin Kluivert a été titulaire à quasiment chacune de ses apparitions (17 sur 18, contre 14 sur 29 en 2018-2019). Les comparaisons fleurissent forcément avec l'illustre paternel, avec de premiers temps de passage déjà établis : un premier but aux Pays-Bas, en mars 2017, exactement dix ans et un jour plus tard que le dernier de Patrick avec le PSV ; des débuts en Italie, en août 2018, 20 ans et quatre mois après ceux de son père. Deux mois plus tard, il devenait aussi le plus jeune buteur de l'histoire de la Roma en Ligue des Champions, à 19 ans et 150 jours.

Patrick, lui, avait fait gagner la C1 à l'Ajax à 18 ans, en marquant le seul but face à Milan en 1995 (1-0). C'est donc un autre type de trajectoire qu'adopte Justin, qui a vu le jour quatre ans plus tard et n'avait que dix ans lorsque son père a arrêté sa carrière. Un poil plus en retenue et en douce progression. Au coeur de la saison dernière, en février 2019, Patrick avançait une objection (aux médias italiens) : « J'aurais préféré qu'il reste aux Pays-Bas, mais je le soutiendrai toujours. » Le fils a bien fait d'avoir eu la tête dure, celle-là même qui lui faisait dire dès la signature de son premier contrat à l'Ajax (sur le site du club) : « Je veux être meilleur que lui. » Papa, présent juste à côté, n'avait eu d'autre choix que de sourire.

>