XV de France: Les cinq qui jouent gros sur la tournée

Panoramic

Matthieu Jalibert (ouvreur de Bordeaux-Bègles, 23 ans, 15 sélections)

Absent, pour cause de blessure, lors du Grand Chelem 2022, Matthieu Jalibert débarque au Japon avec le couteau entre les dents. Le nouvel enfant terrible du rugby français aura cette fois un rôle de cadre. Associé à son comparse de l'UBB Maxime Lucu dans la charnière des Bleus, Jalibert aura aussi, et surtout, l'occasion de démontrer qu'il peut aller déloger Romain Ntamack du poste de titulaire. 

 

Demba Bamba (pilier de Lyon, 23 ans, 23 sél.)

Il a participé au Grand Chelem des Bleus, compte plus de 20 sélections mais Demba Bamba a encore tout à prouver. Cette tournée estivale au Japon pourrait lui permettre de s'affirmer et, surtout, démontrer qu'il mérite mieux que ce rôle d'impact player où il est cantonné. Sa dernière titularisation remonte à une victoire en Ecosse (22-15), en novembre 2021. Au Japon, où il était déjà présent lors du Mondial-2019, Bamba, vainqueur du Challenge européen avec le Lou, devra franchir un cap.

 

Antoine Hastoy (ouvreur ou arrière de Pau, 24 ans, 1 sélection)

Il l'a assuré: au Japon, Antoine Hastoy entend "montrer (s)on meilleur visage". Celui qui a fait de lui une terreur des pelouses du Top 14. Car l'actuel Palois et futur Rochelais n'est pas qu'un excellent joueur de rugby, capable d'imposer son rythme, il est aussi un redoutable scoreur (250 points dont 8 essais, 2e meilleur réalisateur du championnat). Hastoy, qui se voit exclusivement comme un demi d'ouverture mais peut dépanner à l'arrière, a des atouts à faire valoir pour une place dans le triangle arrière.

 

Max Spring (arrière du Racing 92, 21 ans, 0 sélection)

Max Spring s'est fait attendre. Retardé par le Covid-19, l'arrière du Racing 92 va bientôt rejoindre les Bleus au Japon. Et l'éclosion de Spring pourra enfin débuter. "C'est un diamant brut, qu'il faut polir. Il a encore besoin de travailler mais il est né rugby, il vit rugby. C'est une passion", s'est enthousiasmé son entraîneur en club Laurent Travers, dans un entretien à l'AFP. "Il est très adroit, il sent bien les coups. C'est un petit singe sur les ballons hauts, il a une capacité d'accélération sur son crochet qui peut mettre en difficulté les défenses", a-t-il poursuivi.

 

Thomas Lavault (deuxième ligne de La Rochelle, 23 ans, 0 sélection)

"Son potentiel est énorme". A 23 ans à peine, Lavault s'est imposé chez les champions d'Europe. Au point d'impressionner son entraîneur Donnacha Ryan, près de 50 sélections avec l'Irlande. Car le deuxième ligne, rugueux, est inarrêtable: d'abord appelé à Marcoussis pour jouer les sparring-partners, le voilà parti en tournée au Japon. Avec une sacrée carte à jouer.


>