XV de France : Fickou prêt à prendre le brassard


Ce lundi, le sélectionneur du XV de France Fabien Galthié dévoilera la liste des 42 joueurs retenus pour la Tournée d’automne (contre l'Argentine le 6 novembre, la Géorgie le 14 et la Nouvelle-Zélande le 20) et il devrait également donner le nom de celui qui sera capitaine des Bleus lors de ces trois matchs, en l’absence de Charles Ollivon, victime d'une rupture du ligament croisé du genou gauche début juin et qui ne devrait donc revenir, si tout va bien, que pour le Tournoi des 6 Nations 2022 (coup d’envoi le 6 février contre l’Italie). Le troisième ligne de La Rochelle Grégory Alldritt (24 ans, 23 sélections), le troisième ligne de Toulouse Anthony Jelonch (25 ans, 11 sélections), le talonneur de Toulouse Julien Marchand (26 ans, 14 sélections), le demi de mêlée de Toulouse Antoine Dupont (24 ans, 32 sélections) et le centre (ou ailier) du Racing 92 Gaël Fickou (27 ans, 63 sélections) semblent les mieux placés pour le remplacer, et ce dernier n’a d’ailleurs pas dit non au brassard, lors d’une conférence de presse ce jeudi organisée par son club, où il est vice-capitaine.

Fickou : "Il faut toujours être en forme à l'entraînement, montrer l'exemple..."


« Cela se fait avec le temps. Aujourd'hui, j'ai 27 ans, j'ai évolué. Au Racing, cela s'est fait naturellement. Cela se passe hyper bien, ils m'ont bien intégré et je les connaissais déjà tous très bien. Cela s'est fait sans se prendre la tête. Ils m'ont proposé le capitanat pour épauler Henry (Chavancy). Je l'ai pris avec plaisir et simplicité parce que je pense qu'il est temps pour moi de prendre des responsabilités et d'essayer d'aider l'équipe. En équipe de France, on verra comment cela va se passer, pour l'instant on n'y est pas, c'est dans une ou deux semaines. J'épaulais déjà beaucoup Charles (Ollivon). Mais il y a aussi d'autres prétendants qui seraient très bons dans ce rôle aussi. S'ils ont besoin, ils savent qu'ils peuvent compter sur moi. » Quant aux qualités pour être un bon capitaine, l’ancien centre du Stade Français les a déjà bien définies : « Il faut penser à toute l'équipe, savoir ce que les mecs ressentent, s'ils se sentent bien... Il ne faut pas penser à soi-même. Il faut toujours être en forme à l'entraînement, montrer l'exemple, motiver les mecs, toujours être à 200%. Ça prend beaucoup d'énergie. J'avais vécu ce rôle en jeunes mais c'est peut-être parce que t'es alors le meilleur joueur que l'on te nomme capitaine. Aujourd'hui capitaine, c'est plus que cela, c'est l'image que peut refléter l'équipe, c'est montrer l'exemple, être le premier à combattre sur le terrain. C'est un rôle très important, que ce soit sur et en dehors du terrain. Il faut être en lien avec tous les mecs, quelles que soient les mentalités, pour avoir une bonne cohésion dans l'équipe. Certains sont des gros bosseurs, d'autres se reposent sur leurs lauriers, il y a aussi des jeunes... Il faut savoir faire le lien entre tout ça. » Dans quatre jours, il saura s’il devra faire le lien entre tous les Bleus…

>