World Rugby révise (encore) sa copie

Conscients de la nécessité d'amender leur nouveau projet de "championnat des nations", censé entrer en vigueur à compter de 2022, les dirigeants de World Rugby ont notamment répondu aux attentes des joueurs, qui par l'intermédiaire de leur Syndicat international (IRP) et de son président Jonathan Sexton n'avaient pas tardé à dénoncer la nouvelle surcharge du calendrier. Depuis Dublin, l'instance internationale a ainsi annoncé sa décision de supprimer les demi-finales de son format initial de compétition.  

Celle-ci s'organiserait donc en 2 temps, entre une phase régulière, où les 12 équipes de chacune des 3 divisions rencontrerait une fois les autres formations, et une finale directe entre les 2 meilleures équipes, qui serait disputée fin novembre. De quoi aussi calmer le courroux de la LNR ou de Premiership Rugby (PRL), prêts à d'éventuels recours face au non-respect des fenêtres internationales.  

Enfin, alors que la presse anglaise a révélé l'intérêt d'un fonds d'investissement pour une entrée au capital du Tournoi des 6 Nations, susceptible d'enrichir chacune des six nations, selon la BBC, à hauteur de 100 millions de livres et donc de mettre à mal le projet de "championnat des nations", World Rugby annonce avoir conclu un accord de partenariat avec le groupe de marketing Infront, qui doit garantir ''au moins 5 milliards de livres (5,9 milliards d'euros) d' investissements sur une période initiale de 12 ans''.