Tournée d'automne : Ce XV de France a les épaules



Suite à sa victoire arrachée en fin de rencontre la semaine dernière au Stade de France contre l'Australie, le XV de France s'attendait à un nouveau test encore plus costaud ce samedi au Vélodrome de Marseille contre l'Afrique du Sud. L'unique grande nation de l'échiquier mondial qui n'a toujours pas croisé la route des Bleus version Fabien Galthié. Dès l'entame, l'enfer promis aux Tricolores prend forme, notamment dans les duels et sur les zones de combat, âprement disputés. Les deux pénalités de Thomas Ramos et l'essai de Cyril Baille (13-0, 21eme) n'ont pas le moins du monde atteint les Springboks. Pas plus que l'expulsion de Pieter-Steph Du Toit intervenue plusieurs minutes auparavant pour un nettoyage virulent sur Jonathan Danty (13eme).

Victime d'un coup de tête, le trois-quarts centre rochelais souffre d'une fracture du plancher orbital. Il a quitté prématurément la pelouse, à l'instar de trois autres partenaires au cours de ce premier acte, digne d'une véritable guerre de tranchées. Cyril Baille, Thibaud Flament et Uini Atonio ont également cédé leurs places lors des quarante premières minutes, offrant entre autres une première cape à Reda Wardi au poste de pilier gauche, et une place d'ailier à Sekou Macalou, le 3eme ligne du Stade Français pas du tout habitué aux grands espaces, en marge du combat. Cela ne l'a toutefois pas empêché d'éclabousser la rencontre de tout son talent. Précieux sur le plan défensif à plusieurs reprises, il a apporté au XV de France sa vitesse et son énergie. Comme Sipili Falatea a pour sa part apporté de la dextérité et de l'explosivité au pack français.



D'après les joueurs du XV de France, ils se sentent unis par un lien fort de fraternité. Sipili Falatea, oncle de Yorem Moefana, symbolise parfaitement cet état d'esprit. Une histoire de famille comme sur l'action de la délivrance. La combinaison en touche dans les 22 mètres a sollicité le neveu en percussion. Bloqué à un mètre de la ligne du bonheur, "Tonton" a achevé le travail dans la foulée d'une charge puissante (27-26, 73eme). Celle-ci aurait toutefois pu être sanctionnée en raison d'un double mouvement au sol du pilier mais les Bleus se satisferont de la décision rendue par M. Barnes. Déterminés à tenir ce résultat dans un Vélodrome bouillant, les Français ont fait preuve d'une belle maîtrise dans les dernières minutes. Tout d'abord en bénéficiant d'une pénalité convertie par Thomas Ramos, refoulant le XV de France à l'abri d'un coup de pied sud-africain (30-26, 78eme). Mais également en tenant le ballon dans la dernière minute, dégageant alors une belle sérénité.

L'expulsion de Dupont et les autres obstacles franchis avec brio


Ils l'ont fait, l'équipe de France est venue à bout des champions du monde au terme d'un combat épique. Outre les changements sur blessure, il a aussi fallu gérer l'expulsion du capitaine Antoine Dupont pour un plaquage dangereux sur Cheslin Kolbe (48eme). Ce fait de jeu a engendré par la même occasion la sortie d'une autre pièce maîtresse, Grégory Alldritt, afin de faire entrer un demi de mêlée en la personne de Maxime Lucu dont la gestion du match et la générosité ont été exemplaires. Sans oublier que les Boks ont trouvé le chemin de l'en-but à deux reprises par Siya Kolisi (29eme) et Kurt-Lee Arendse (50eme). Mais aucun de tous ces obstacles n'a ébranlé ce XV de France dont on a la confirmation qu'il a les épaules solides. Cette belle performance pousse la série record de victoires des Bleus à 12. Et celle-ci pourrait atteindre le chiffre porte-bonheur de 13 dimanche prochain face au Japon à Toulouse.

>