Coupe du Monde 2023 : Impatience côté Français, méfiance pour Ian Foster

Le rendez-vous est déjà donné. Le tirage au sort de la Coupe du Monde 2023 a déjà promis un alléchant duel entre le XV de France et la Nouvelle-Zélande pour une affiche que beaucoup présentent déjà comme l’affiche d’ouverture de la compétition, le 8 septembre 2023 au Stade de France. Interrogé par le site officiel de la Fédération Française de rugby, Raphaël Ibañez a qualifié la poule des Bleus comme « relevée » avec en point d’orgue ce duel face aux All Blacks.

« Nous nous retrouvons dans une poule relevée avec la perspective d’affronter la Nouvelle-Zélande, une équipe triple championne du monde, que l’on peut considérer comme une référence mondiale, a confié le manager du XV de France. C’est une perspective excitante puisque c’est un grand défi qui nous attend. Le destin réunit très souvent nos deux nations lors de Coupe du Monde, il y a une très belle histoire entre nous. Il y a énormément de respect et pour nous c’est un challenge. » Romain Ntamack, pour sa part, est déjà impatient d’affronter les Néo-Zélandais. « C’est super de retrouver les All Blacks, en plus lorsque c’est d’entrée en phase de poule d’une Coupe du Monde jouée en France, assure l’ouvreur du Stade Toulousain dans des propos recueillis par le site officiel de la FFR. Ce sera un moment magique pour tous les supporters et pour nous c’est un privilège de les affronter. » Une rencontre dont la programmation sera clé pour la gestion du reste de la compétition, pouvant lancer les deux équipes ou avoir un minimum d’enjeu si elle vient en dernier.

 

Foster : « Ils construisent quelque chose de très spécial pour 2023 »


En plus des All Blacks, les Bleus retrouveront l’Italie ainsi que des qualifiés issus de la zone Amériques et de la zone Afrique. Trois matchs, dont un qui sera joué en semaine selon le directeur général du Comité d’Organisation Claude Atcher, que le staff tricolore ne compte pas galvauder par rapport au duel avec la Nouvelle-Zélande. « De manière générale, notre poule est relevée et cela doit nous permettre sur notre chemin de nous construire en vue d’être dans les meilleures dispositions possibles pour se lancer dans cette Coupe du Monde 2023 », assure Raphaël Ibañez.

Pour sa part, Romain Ntamack est sur la même longueur d’onde. « Il n’y a pas d’équipe que nous allons prendre à la légère. Nous allons préparer chaque match avec sérieux, assure le fils d’Emile Ntamack. Ce tirage au-delà de permettre de connaître les adversaires, lance la compétition puisque chacune des nations va désormais se préparer en connaissance de cause. » Un sérieux qui se dégage également des déclarations du sélectionneur des All Blacks Ian Foster, pour qui « la Coupe du Monde est un événement très spécial » dans lequel « il n'y a jamais de poule facile ». Si les triples champions du monde vont retrouver l’Italie, le match face aux Bleus est très attendu. « Avoir la France dans notre poule, ça va aussi être spécial, c'est un pays avec une grande d'histoire et nous avons regardé avec admiration comment ils reconstruisent leur équipe, ils construisent quelque chose de très spécial pour 2023 », a confié Ian Foster lors d’une vidéoconférence après le tirage au sort. Une poule dans laquelle personne ne veut s’avancer trop vite, surtout à trois ans de l’échéance.

 


>