Ces 3 frères all blacks dans l’histoire du Mondial !

Reuters

On n’ose imaginer la fierté de maman et papa Barrett, dont les trois rejetons, non contents d’être sélectionnés dans le squad néo-zélandais - donc le plus concurrentiel de la planète rugby - pour la Coupe du monde au Japon, ont poussé le souci de combler leurs parents à un niveau jamais égalé. Et qui n’est peut-être pas près de se reproduire de sitôt…

Huit ans après une confrontation entre les deux équipes, qui avait déjà tourné au jeu de massacre lors du Mondial 2011 avec une victoire néo-zélandaise (79-15), assortie à l'époque de douze essais des futurs champions du monde, les All Blacks retrouvaient mercredi, à Oita, les Canucks dans le cadre de la Coupe du monde au Japon. Et, sans surprise, les doubles champions du monde en titre, dans le sillage d’un Sonny Bill Williams toujours vert à 34 ans (91 mètres ballon en main, 6 défenseurs battus, 4 offloads, un essai, une passe décisive au pied...), ont balayé leurs adversaires (63-0) ont trouvé le chemin de l’en-but à neuf reprises, dont cette effrayante accélération au retour des vestiaires avec 35 points inscrits en 17 minutes ! 

Trop gentil l'arbitrage 

Avec une mention spéciale donc pour la fratrie Barrett : Scott (25 ans), Beauden (28 ans) et Jordie (22 ans) étaient déjà entrés dans l'histoire de la compétition en devenant les premiers trois frères à débuter un match de Coupe du monde sous le maillot frappé de la fougère argentée. Ils ont poussé la performance jusqu'à tous marquer au moins un essai, Scott se fendant même d'un doublé, qui aurait pu se transformer en triplé sans une vilaine faute de main au moment d’aplatir (19 au total pour l’ensemble de l'équipe !).

En face, les Canadiens ont fait ce qu’ils ont pu, c’est-à-dire pas grand-chose, si ce n’est cette double percée de leur charnière sur leur unique occasion d’essai (24e), face à un adversaire totalement remanié après le choc victorieux contre l’Afrique du Sud (23-13). Mais dont la profondeur de banc permet malgré tout ce genre de démonstration de force. "Ce sont les doubles champions du monde en titre, ils ont toujours raison, mais il me semble qu’ils ne sont pas arbitrés pareil", regrettait Benjamin Kayser depuis son poste commentateur pour TMC. L’équipe de Kieran Read, toujours à la limite et parfait successeur de Richie McCaw, n’avait en effet pas besoin de la mansuétude de M. Poite sur ce match pour arriver à ses fins. Et empêcher DTH van der Merwe, la seule star de cette équipe canadienne, d’entrer lui aussi dans l’histoire de la compétition (*).   

Les Blacks, après leur succès de haute lutte contre l'Afrique du Sud, reviennent à un point de l'Italie, leader de la poule B avec 10 points.

----------------------------
(*) L’ailier canadien vise au Japon un 7e essai qui lui permettrait de devenir le 5ème joueur à marquer au moins un essai lors de 4 Coupes du Monde après Brian Lima, Gareth Thomas, Brian O'Driscoll et Adam Ashley-Cooper.  


>