Les nommés pour les titres de joueur et joueuse de l'année sont connus !

Icon Sport

Le rugby français, déjà cité pour le trophée de la révélation de l'année avec Romain Ntamack et pour le Prix de l'essai IRP de l'année avec l'essai de Charles Ollivon en quart de finale contre le pays de Galles, aura une nouvelle chance d'être mis à l'honneur lors de la traditionnelle cérémonie des World Rugby Awards, qui aura lieu dimanche, à Tokyo, au lendemain de la finale de la Coupe du monde entre l'Angleterre et l'Afrique du Sud (10h). Une autre joueuse française pourrait en effet succéder à Jessy Trémoulière, désignée joueuse de l'année 2018. 

En lice au côté de la Néo-Zélandaise Kendra Cocksedge, la demi de mêlée tricolore Pauline Bourdon (23 ans, 18 sélections) aura toutefois fort à faire face aux 3 Anglaises Sarah Bern, Katy Daley-Mclean et Emily Scarratt, toutes victorieuses du Grand Chelem lors du dernier Tournoi des 6 Nations.   

Qui succédera à l'Irlandais Jonathan Sexton pour le titre de joueur de l'année ? Pas Owen Farrell, ni son coéquipier en équipe d'Angleterre Maro Itoje, grands absents de la liste des prétendants à la succession au palmarès de l'ouvreur du XV du Trèfle, malgré une année déjà marquée pour l'ouvreur et le 2e ligne des Saracens par des titres de champion d'Angleterre et de champion d'Europe. Une sélection élaborée par un panel d'anciens internationaux, parmi lesquels figurent Richie McCaw, George Gregan ou encore Fabien Galthié.

L'Angleterre, finaliste de ce Mondial nippon, place un seul de ses joueurs avec le flanker Tom Curry quand son adversaire sud-africain pourra compter à la fois sur son ailier Cheslin Kolbe et sur son 3e ligne Pieter-Steph du Toit. Une liste que complètent le capitaine gallois Alun-Wyn Jones, le 3e ligne néo-zélandais Ardie savea et... le talonneur américain Joe Taufete'e.