Roland-Garros (F) : Osaka ne sera pas là !

Si Naomi Osaka rêvait à 22 ans de devenir la première joueuse de l'histoire à remporter Roland-Garros et l'US Open en un mois de temps, c'est raté ! Six jours après avoir renversé Victoria Azarenka (1-6, 6-3, 6-3) en finale à Flushing Meadows pour signer ainsi son deuxième sacre à New York (après 2018) et son troisième dans un tournoi du Grand Chelem (elle a également remporté l'Open d'Australie en 2019), la Japonaise a annoncé qu'elle ne s'alignerait pas Porte d'Auteuil. Touchée aux ischio-jambiers de la cuisse gauche depuis plusieurs semaines (une blessure qui l'avait déjà contrainte à faire l'impasse sur Cincinnati), Osaka estime que le timing est trop serré par rapport à la date de début du tournoi (le dimanche 27 septembre prochain) pour être suffisamment remise et pouvoir défendre normalement ses chances à Paris un an après s'être arrêtée dès les 16emes de finale. Même si elle le regrette profondément, elle préfère donc renoncer et a officialisé son forfait sur les réseaux sociaux ce vendredi.

Osaka : « Les deux tournois sont trop proches pour moi  »




« Malheureusement je ne serai pas en mesure de disputer le French Open cette année. Ma cuisse est toujours douloureuse et je ne disposerai pas d'assez de temps pour me préparer à la terre battue. Ces deux tournois (du Grand Chelem) sont trop proches l'un de l'autre pour moi, cette fois. Je souhaite aux organisateurs et aux joueurs le meilleur », indique sur son compte Twitter notamment l'ancienne numéro 1 mondiale redescendue au neuvième rang récemment mais de nouveau sur le podium de la WTA - à la troisième place - après son succès de samedi dernier à New York.

Ce Roland-Garros 2020 décalée fin septembre en raison de la crise sanitaire se déroulera donc sans les numéro 3 et numéro 1 mondiales. Début septembre, Ashleigh Barty avait en effet annoncé elle aussi à son tour qu'elle ne disputerait pas Roland-Garros cette année, certes pas pour les mêmes raisons (l'Australienne est bloquée à Brisbane, où le Covid-19 continue de se propager). Osaka, qui n'a jamais atteint la deuxième semaine encore à Paris, et Barty, tenante du titre sur la terre battue de la Capitale, manqueront cruellement au tableau féminin.