Impressionnant contre Dimitrov, Schwartzman attend Djokovic

Panoramic

Novak Djokovic est prévenu. Si le numéro 1 mondial passe l'obstacle Aljaz Bedene, ce vendredi, il retrouvera face à lui en huitièmes de finale un Diego Schwartzman en grande forme. Habitué du rendez-vous (il fait partie des seize derniers joueurs encore en course pour la troisième année de suite), le petit Argentin de 29 ans a fait très forte impression face à Grigor Dimitrov, qui avait pourtant passé à la moulinette tous ses adversaires jusqu'à maintenant (Marcos Giron avait inscrit trois jeux et Borna Coric sept). Vendredi, au troisième tour, cela a été cette fois au tour du Bulgare de se faire découper (6-3, 6-1, 6-2 en 2h17), par le quart de finaliste de la dernière édition. Schwartzman, présent dans le dernier carré en 2020 (son meilleur résultat jusqu'à maintenant), avait souffert lors de ses deux matchs précédents, contre Kuznetsov (quatre sets) et Munar (cinq sets). Deux victoires, certes dans la douleur, qui ont visiblement mis le quart de finaliste à Monte-Carlo et demi-finaliste à Barcelone cette saison sur de bons rails.

Après Nadal, Djokovic pour Schartzman ?





Pour sa troisième sortie, celui qui avait réussi une très belle tournée en Amérique du Sud en début d'année sans toutefois rentrer avec un titre (finale à Buenos Aires, sur ses terres, puis encore finale à Rio de Janeiro) a en effet été étincelant du début à la fin de cette partie l'opposant au 21eme au classement. Certes,"Baby Fed" n'a jamais été très à l'aise avec la terre battue parisienne, où il n'a jamais dépassé les huitièmes. Mais ces deux démonstrations de lundi et mercredi laissaient penser qu'il pourrait poser des problèmes à l'Argentin d'1,70 mètres. Il n'en a rien été. Son adversaire a même pris rapidement le large dans les trois sets, le dernier excepté (Dimitrov avait breaké d'entrée, sans parvenir à conserver son avance). Il faut dire que le Bulgare n'a jamais trouvé la bonne carburation dans cette partie, la faute notamment à de nombreuses fautes directes de sa part. Stoppé par Rafael Nadal l'année dernière, Schwartzman pourrait cette fois défier Djokovic, tenant du titre, dès les huitièmes (à condition pour le Serbe de s'imposer face à Bedene). Et pas sûr que le tennis, pourtant prodigieux, qu'il a pratiqué vendredi contre l'ancien numéro 3 mondial suffise face au vainqueur sortant. Mais peut-être que Schwartzman ne nous a pas encore tout montré. Si c'est le cas, l'exploit sera possible.

>