Ferro ne sait plus perdre

Presque une évidence. Fiona Ferro vient d'enchaîner sa septième victoire de suite depuis le mois de février - 17 si on y ajoute les deux Challenges FFT de l'été, où elle a dominé deux fois Kristina Mladenovic en finale. D'une sérénité absolue jeudi contre Elena Rybakina (6-3, 4-6, 6-2), qui est tout de même 18eme mondiale, elle est donc invaincue depuis le retour de la compétition post-confinement. Chez les messieurs, seul Novak Djokovic peut en dire autant. Pour rappel, après avoir remporté le tournoi de Palerme début août (déjà sur terre battue), Ferro avait dû déclarer forfait pour l'US Open à cause d'un oedème aux côtes.

On en vient à le regretter encore plus, mais ce mois et demi d'absence a aussi permis à la n°3 française (juste derrière Kristina Mladenovic et Caroline Garcia, les trois filles étant respectivement 44eme, 45eme et 49eme au classement WTA) de se reposer et de ne pas avoir à changer de surface. La protégée d'Emmanuel Planque - l'ancien coach de Lucas Pouille -, absolument pas perturbée par la perte du deuxième set, a continué à attaquer, encore et encore. Après deux breaks de chaque côté pour entamer la troisième manche, elle a fini par asséner le coup fatal à 3-2 en sa faveur, alors qu'elle venait enfin de tenir son service. Dans un scénario assez proche de ceux de Caroline Garcia et Clara Burel, elle a su rester d'une concentration à toute épreuve.  Dans sa bulle, pour rester dans le ton du moment.

Même la délocalisation sur le Chatrier ne l'a pas du tout décontenancée. "C'est vraiment incroyable, j'ai pris énormément de plaisir. J'étais super contente de jouer sur le Central, j'en ai pris un maximum de plaisir. Elle est très puissante et sert très bien, mais elle ne bouge pas très bien. Il fallait donc prendre le jeu à mon compte. Je me suis un peu agacée au deuxième set, j'ai retrouvé un état d'esprit positif et ça m'a beaucoup servi. J'ai beaucoup travaillé pour en arriver là, chez moi à Paris c'est une belle récompense." Elle affrontera samedi la Roumaine Patricia Maria Tig, moins bien classée qu'elle (59eme). Située dans la partie de tableau délestée, depuis jeudi matin, de la tête de série n°2 Karolina Pliskova, elle peut retrouver Sofia Kenin en huitièmes (tête de série n°4). Et gagner, bien sûr.