Berrettini et Schwartzman déroulent, Kohlschreiber s'offre Karatsev

Panoramic

Matteo Berrettini disputera de nouveau les 16emes de finale Porte d'Auteuil. Déjà parvenu à ce stade du tournoi l'année dernière, le joueur italien de 25 ans, numéro 9 mondial et tête de série numéro 9 du tournoi s'est de nouveau hissé au troisième tour, ce jeudi après sa victoire facile face à Federico Coria (6-3, 6-3, 6-2 en 1h59 de jeu). Beaucoup trop fort sur ce match pour l'Argentin dont le grand frère Guillermo Coria avait disputé la finale à Paris en 2003 (défaite contre son compatriote Gaston Gaudio), le récent finaliste du tournoi de Madrid et demi-finaliste à l'US Open en 2019 (son plus beau résultat jusqu'à maintenant) a dicté sa loi pendant les près de deux heures de match au 94eme au classement. Berrettini, déjà 16eme de finaliste en 2018, se frottera au prochain tour au Coréen Kwon (91eme), tombeur pratiquement dans le même temps de son compatriote de 37 ans Andreas Seppi. Avant un éventuel huitième de finale contre la légende Roger Federer.

 


 

 

Kohlschreiber s'offre Karatsev !

 

 




Pour Diego Schwartzman, l'horizon s'était clairement éclairci après la sortie de route d'entrée d'Andrey Rublev. Le parcours du petit Argentin, quant à lui, a tout de la promenade de santé jusqu'à maintenant. Déjà expéditif contre Lu (6-2, 6-2, 6-3) pour ses débuts dans le tournoi, le numéro 10 mondial, qui s'était invité dans le dernier carré à Paris l'année dernière, s'est de nouveau débarrassé aisément (6-4, 6-2, 6-4 en 2h20 de jeu) de son adversaire du jour le Slovène Aljaz Bedene, 56eme mondial et bourreau au tour précédent du Français Adrian Mannarino. Au troisième tour, Schwartzman aurait pu s'attendre à se frotter au terrible Russe Aslan Karatsev. C'était sans compter sur la ténacité de Philipp Kohlschreiber et ses 65 participations en Grand Chelem. A 37 ans, le vétéran allemand est sorti des radars depuis sa longue absence, entre novembre et avril dernier. Cela ne l'empêche visiblement pas d'être encore capable de réussir quelques coups. La preuve jeudi, puisque le désormais 132eme au classement a créé la sensation en éjectant le 26eme mondial à l'issue d'un superbe combat de quatre sets (6-3, 7-6, 4-6, 6-1). Le natif d'Augsbourg, 8eme de finaliste en 2009 et 2013 et qui dispute son 17eme Roland-Garros de suite, n'avait plus atteint le troisième tour depuis 2014. Ça passe également pour l'Italien Jannik Sinner, 19eme joueur mondial et tête de série n°18, qui a sorti son compatriote Gianluca Mager, 87eme joueur mondial, en quatre manches (6-1, 7-5, 3-6, 6-3) et 2h21 de jeu. En revanche, c'est terminé pour l'Américain Taylor Harry Fritz, 33eme joueur mondial et tête de série n°30, éliminé par l'Allemand Dominik Koepfer, 59eme joueur mondial, en quatre manches (6-3, 6-2, 3-6, 6-4) et 2h37 de jeu.

 


>