Alcaraz a dû s'employer face à Ramos-Viñolas

Panoramic
Carlos Alcaraz est revenu de très, très loin face à Albert Ramos-Viñolas. Candidat au titre Porte d’Auteuil du haut de ses 19 ans, le numéro 6 mondial a connu une énorme frayeur face à son compatriote malgré une entame de match réussie. En effet, si le 44eme joueur mondial a su remporter son premier jeu de service, il a ensuite été sans réaction quand Carlos Alcaraz a augmenté la cadence. Avec deux balles de break converties sur six obtenues, la tête de série numéro 6 des Internationaux de France a enchaîné cinq jeux consécutifs pour empocher sans coup férir la première manche en moins d’une demi-heure. C’est alors que la machine s’est grippé pour le natif de Murcie. Dans l’incapacité de convertir les quatre balles de break obtenues, Carlos Alcaraz a été mené au jeu décisif. C’est alors qu’Albert Ramos-Viñolas a frappé. Remportant trois points sur le service de son compatriote, contre deux concédés, c’est à sa troisième opportunité que le 44eme mondial a égalisé à une manche partout. Sur la lancée de ce tiebreak gagné, Albert Ramos-Viñolas a pris pour la première fois le service de son adversaire pou mener trois jeux à un.


Ramos-Viñolas aura des regrets, Alcaraz a du caractère


Carlos Alcaraz, pas sonné, a réagi pour revenir immédiatement à hauteur. Toutefois, remportant les trois derniers jeux, c’est le natif de Barcelone qui a pris l’avantage dans cette rencontre. Le Murcian a haussé le ton et breaké d’entrée dans le quatrième set mais Albert Ramos-Viñolas n’a pas tardé à revenir dans le match avant de prendre à nouveau le service de son adversaire. Menant alors cinq jeux à quatre, le Catalan a touché du doigt la victoire avec une première balle de match. A l’orgueil, Carlos Alcaraz a su l’écarter avant de débreaker et de dominer son compatriote dans le jeu décisif. Une occasion en or qu’Albert Ramos-Viñolas ne pourra que regretter car elle ne s’est pas présentée à nouveau. Pourtant, avec le break d’entrée de dernière manche, le Barcelonais s’est vu au troisième tour de Roland-Garros. Porté par le public du Court Simonne-Mathieu, acquis à sa cause, Carlos Alcaraz n’a jamais renoncé et, enchaînant quatre jeux de suite, a repris l’avantage. Si Albert Ramos-Viñolas a effacé ce break de retard fraîchement concédé, il a fini par céder à nouveau. Sur un jeu blanc, la tête de série numéro 6 l’emporte au bout d’un combat homérique (6-1, 6-7, 5-7, 7-6, 6-4 en 4h38’).

>