Pau-Lacq-Orthez : Le président Didier Rey démissionne

Rien ne sera épargné cette saison au club de Pau-Lacq-Orthez. Avant-dernier du championnat de Jeep Elite avec douze défaites à son compteur, dont onze de suite, série en cours, après le nouveau revers des Palois, samedi dernier face à Roanne (81-60), l'Elan Béarnais se retrouve désormais sans président, et ce une semaine après avoir changé d'entraîneur avec le retour aux commandes de l'équipe d'Eric Bartecheky. France Bleu révèle ainsi que Didier Rey a remis ce mardi sa démission aux membres du conseil d'administration de ce club sacré champion de France à neuf reprises dans son histoire mais appelé à passer prochainement sous pavillon américain. Dans un long communiqué, l'homme fort de Pau-Lacq-Orthez depuis 2015, date de son arrivée à la présidence, explique pourquoi il a décidé de jeter l'éponge alors que le club béarnais traverse l'une des plus profondes crises de son existence.

Rey : « Je n’ai plus la confiance de l’actionnaire majoritaire  »


« Aujourd’hui se profile un nouveau projet ambitieux pour l’Elan et c’est tant mieux ! Si ce projet est bon pour l’Elan, il doit bien évidemment voir le jour. Je n’y ai pas été et je n’y suis toujours pas associé. Je n’ai, manifestement, plus la confiance de l’actionnaire majoritaire qui le porte. Ceci perturbe visiblement la vie du club. Le temps est donc venu pour moi de quitter la Présidence de l’Elan Béarnais et j’ai adressé, ce jour, ma démission aux membres du Conseil d’administration de l’EBPLO », écrit Didier Rey, qui ne disparaîtra pas pour autant de l'organigramme du club, dont il restera de la même manière le supporter numéro 1, et ce quelle que soit la suite, assure-t-il.

Didier Rey restera actionnaire et administrateur du club


« Je reste, bien entendu, actionnaire et administrateur. Mon attachement au club reste total comme en témoigne ma participation personnelle à la dernière recapitalisation. Je serai, bien entendu, toujours un supporter inconditionnel de l’Elan Béarnais et je souhaite de tout cœur que les qualités sportives et une sérénité retrouvée de l’équipe permettent au club de rester dans l’Elite. » Après ce nouvel épisode d'un feuilleton chaque jour un peu plus sombre, cela paraît loin d'être gagné.

Communiqué de Didier Rey
J’ai eu l’honneur d’être élu en 2015, puis réélu en 2017, Président de l’Elan Béarnais PauLacq-Orthez, à l’unanimité des membres du Conseil d’administration de l’EBPLO. Ce fut un réel sentiment de fierté pour la confiance qui m’était témoignée.

J’ai accepté ces responsabilités avec pour seule ambition d’être un fidèle serviteur de l’Elan Béarnais, du Basket et du Béarn.
Mon expérience dans le monde associatif, le milieu de l’entreprise et les conseils d’élus locaux, m’a beaucoup aidé pour organiser la gouvernance d’un grand club sportif. J’ai en revanche découvert, très rapidement, que dans le monde du sport professionnel de haut niveau, "seule la victoire compte" et que durer demande de gros moyens.
Il y a eu tout au long de ces années des victoires, des satisfactions, des défaites et également de nombreuses désillusions. Je n’ai jamais été gagné par le découragement, malgré des situations humaines parfois difficiles ou des moyens, hélas, en deçà de nos ambitions.
J’ai toujours fait et donné tout ce que je pouvais.

Aujourd’hui se profile un nouveau projet ambitieux pour l’Elan et c’est tant mieux ! Si ce projet est bon pour l’Elan, il doit bien évidemment voir le jour. Je n’y ai pas été et je n’y suis toujours pas associé.
Je n’ai, manifestement, plus la confiance de l’actionnaire majoritaire qui le porte. Ceci perturbe visiblement la vie du club.
Le temps est donc venu pour moi de quitter la Présidence de l’Elan Béarnais et j’ai adressé, ce jour, ma démission aux membres du Conseil d’administration de l’EBPLO.

Je reste, bien entendu, actionnaire et administrateur. Mon attachement au Club reste total comme en témoigne ma participation personnelle à la dernière recapitalisation. Je serai, bien entendu, toujours un supporter inconditionnel de l’Elan Béarnais et je souhaite de tout cœur que les qualités sportives et une sérénité retrouvée de l’équipe permettent au Club de rester dans l’Elite.

Je veux, enfin, remercier toutes celles et ceux qui m’ont accompagné et aidé dans cet exercice aussi délicat que passionnant, qu’ils soient élus de la ville de Pau, de la communauté d’agglomération de Pau Pyrénées, de la communauté de communes de Lacq-Orthez, Actionnaires privés, Partenaires ou membres du Club Affaires.
Je veux enfin saluer le public fidèle de l’Elan, ses salariés, ses bénévoles, l’Association des anciens et le club de supporters Los Peones.
Sans eux, l’Elan ne serait rien.

>