Entre Jackson et la police, ça communique

Icon Sport

En ce mois d'août, l'actualité basket tourne évidemment autour de la Coupe du monde, qui débutera le 31 août prochain, avec notamment une flopée d'outsiders, qui tenteront de profiter des nombreux forfaits venus fragiliser Team USA. Parmi eux figure l'équipe de France de Rudy Gobert et Nicolas Batum, caressant l'espoir d'atteindre peut-être la finale de l'épreuve, programmée le 15 septembre. Et quelques jours plus tard, ce sera l'heure de la reprise en Jeep Elite, avec notamment les yeux tournés vers Lyon-Villeurbanne et sa "dream team" façonnée par Tony Parker, un président ravi d'avoir de nouveau conquis le titre de champion de France en fin de saison dernière, et qui prépare les retrouvailles avec l'Euroligue.

"Jeune homme conduisant une grosse cylindrée ne veux pas dire véhicule volé ou dealer. Merci"

Et pour franchir ce nouveau cap européen, Lyon-Villeurbanne a recruté en conséquence, parvenant notamment à faire revenir au bercail un certain Edwin Jackson. L'arrière international, privé de Mondial, a retrouvé l'Hexagone, après avoir notamment brillé en Espagne, et sera l'une des locomotives de son équipe en 2019-2020. Le Tricolore est donc actuellement en pleine phase de préparation, mais a pris le temps de s'interroger, via Twitter, sur le sort qui lui est réservé. Le Palois de naissance n'a ainsi pas compris pourquoi les forces de l'ordre se sont un peu acharnées sur lui au cours des derniers jours. "J'aimerais attirer votre attention sur le fait que nous sommes mercredi et que j’ai déjà été contrôlé 4 fois cette semaine sans enfreindre les règles de circulation. Jeune homme conduisant une grosse cylindrée ne veux pas dire véhicule volé ou dealer. Merci", écrit l'intéressé en sollicitant directement le compte de la Police du département.

Un message auquel les autorités ont pris soin de répondre : "Les véhicules de grosse cylindrée peuvent être particulièrement contrôlés car ils font malheureusement l'objet de convoitises. Hier, à Villeurbanne deux individus ont été interceptés dans un véhicule très haut de gamme, dérobé le matin même lors d'un home-jacking". Edwin Jackson a apprécié la démarche et les explications très claires de son interlocuteur, précisant qu'il n'avait pas entrepris cette démarche dans le but d'attaquer les forces de police. Et de conclure l'échange avec un trait d'humour : "Bon allez, pour être honnête, les contrôles, je m'en fous. Non, ce qui me fait chier en fait, c'est que... je ne suis pas assez connu".

 

 

 

Copy Code

Copy Code