Elite - Roanne : Choulet de retour au bercail

De retour en Jeep Elite cette saison après cinq ans en Pro B, la Chorale de Roanne ne veut pas faire l’ascenseur et a décidé de prendre une décision radicale en faisant revenir au bercail son entraîneur emblématique, Jean-Denys Choulet. Le coach de 61 ans sera aux commandes de la Chorale, actuelle seizième de Jeep Elite (5v-12d) et donc relégable (il y aura trois descentes cette saison en raison du retour de la Jeep Elite à 16 clubs) pendant toute la phase retour. « Emmanuel Brochot s’est rapproché du président Daniel Perez afin de lui proposer de s’investir davantage dans le club, personnellement et financièrement. Le dirigeant de Valentin Traiteur, qui fut président de la Chorale de 2005 à 2013, a trouvé un terrain d’entente avec la direction actuelle pour aider l’équipe à tenir son objectif maintien. Dès ce soir, Emmanuel Brochot s’est exprimé auprès de l’ensemble des salariés administratifs et sportifs et a annoncé le retour de Jean-Denys Choulet à la tête de l’équipe professionnelle », dit un communiqué du club publié ce vendredi. Fin octobre, le coach qui avait permis au club de remonter, Laurent Pluvy, avait été remplacé par Maxime Boire.


Choulet double champion de France


Jean-Denys Choulet avait été l’entraîneur de la Chorale pendant les plus belles années du club, entre 2000 et 2011. Il avait permis à Roanne de monter en Pro A en 2002 puis de remporter son premier titre de champion depuis 1959, en 2007 contre Nancy à Bercy, avant de disputer une nouvelle finale l’année suivante, perdue cette fois face au SLUC. Roanne a également remporté la Semaine des As 2007 contre Le Mans avec Choulet, qui a été démis de ses fonctions en novembre 2011 en raison des mauvais résultats. Le coach est parti une saison au Liban, avant d’aller à Chalon, où il est resté pendant six ans et a décroché le titre de champion en 2017 face à Strasbourg, avant de devenir sélectionneur Cameroun. Le natif de Besançon va désormais devoir sauver son club de cœur, dans un championnat très serré où il n’y a que trois victoires d’écart entre la septième et la dernière place. Et cela commencera par la réception de Chalons-Reims vendredi prochain.