Tottenham : Mourinho refuse la comparaison avec le Real Madrid

Avec 15 buts marqués en 5 matchs de Premier League, Tottenham possède l'attaque la plus prolifique du championnat d'Angleterre en compagnie des Reds de Liverpool, qui a disputé 6 matchs. Avant le déplacement des Spurs sur la pelouse de Burnley ce lundi soir (21 heures) en conclusion de la journée, José Mourinho a évoqué la puissance offensive de son équipe en conférence de presse.

Bien conscient de la forme récente de Heung-Min Son, Harry Kane et des autres éléments de son équipe, le technicien portugais ne veut toutefois pas comparer son groupe actuel au Real Madrid de son époque en tant que coach, en 2011-2012 notamment. Le Real de cette période avait inscrit un total de 121 buts en Liga, s'établissant comme la meilleure attaque, glanant également un titre de Liga devant le Barça de Guardiola.


Un équilibre à trouver pour Tottenham

"Non, au Real Madrid, j'avais des attaquants incroyables et incroyables et nous avons réussi à construire l'équipe d'une certaine manière", a jugé Mourinho. Pour lui, il faut d'abord trouver un équilibre sur le plan global.

"Je dois être honnête et dire que nous avons beaucoup de bons joueurs offensifs ici, mais nous devons donner de la stabilité à l'équipe parce que l'équipe a besoin de stabilité en défense pour se sentir solide, confiante - pour pouvoir essayer. Donc nous devons trouver cet équilibre. C'est une question d'équipe, ce n'est pas seulement une question d'individus. Nous devons pouvoir jouer avec tous ces joueurs offensifs et avoir l'équipe avec tout le monde prêt à être organisée défensivement et à ne pas laisser de place à l'adversaire. Et derrière, nous avons besoin de nous améliorer dans certains détails - c'est évident", a-t-il indiqué.

Sur le plan défensif, Tottenham a encaissé 8 buts en 5 matchs de Premier League et reste sur un nul frustrant en championnat face à West Ham (3-3). En effet, les Spurs menaient 3-0 avant de concéder le nul dans les derniers instants du match suite à un but de Manuel Lanzini. Il y a fort à parier que Mourinho y pense encore.