Sarr, explosion en vue ?

Panoramic

Il avait sans doute rêvé d’autres débuts. Transféré cet été de Rennes à Watford pour quelques 30 millions d’euros, un record pour les Hornets, Ismaïla Sarr a d’abord éprouvé des difficultés à s’adapter à la Premier League, au sein d’une équipe qui lutte pour éviter la relégation. Pas aidé par une blessure qui l’a écarté des terrains pendant près d’un mois, le Sénégalais n’avait inscrit qu’un seul but en dix apparitions avant la réception de Manchester United, le 22 décembre dernier.


Un total de réalisations qu’il a doublé face aux Red Devils, avant de marquer à nouveau quelques jours plus tard contre Aston Villa. Et à Bournemouth, il a aussi offert une passe décisive à Abdoulaye Doucouré puis été élu homme du match face à Tottenham. Tout ça lors d’une série de sept matchs sans défaite toutes compétitions confondues pour Watford, qui s’était extirpé de la zone rouge. Où les hommes de Nigel Pearson, battus mardi soir sur la pelouse d’Aston Villa (2-1), ont replongé. Mais sans Sarr.

"Il gagnera même un Ballon d’Or"


Car l’ancien Messin a été touché aux adducteurs face aux Spurs, au grand regret de son nouvel entraîneur, Nigel Pearson. "Il a vraiment eu une influence positive pour nous, déclarait Pearson avant le déplacement à Birmingham. Et on espère le récupérer pour le prochain match de Premier League, contre Everton (samedi à 16h, ndlr)." Et si l’arrivée de ce quatrième (!) coach depuis son arrivée chez les Hornets en août (Javi Gracia, Quique Sanchez Flores, l’intérimaire Hayden Mullins et Pearson depuis décembre) avait aussi favorisé ce qui ressemble fort à un déclic ?

"Il a besoin de la confiance de son entraîneur. Et si c’est le cas… Parce que c’est quelqu’un d’introverti, il faut aller vers lui. Si l’entraîneur le prend sous son aile comme son fils, et qu’il sent que les gens sont avec lui, il peut faire énormément de dégâts", assure au Guardian Mady Touré, le fondateur de Génération Foot, l’académie sénégalaise, filiale du FC Metz, qui a vu éclore Sarr mais aussi Sadio Mané. Ce dernier, qui a totalement explosé à Liverpool, avait aussi insisté sur la timidité du garçon après la victoire des Reds face à Watford (2-0). "Prends-soin de mon gars, avait-il lâché à Troy Deeney, coéquipier de Sarr. Il est timide. Il a juste besoin de parler anglais, et il est en train d'apprendre. C'est un bon garçon." Un "bon garçon" qui va "exploser en Angleterre" selon Touré. "Comme Sadio, même s’ils n’ont pas le même style. Il est un peu comme Cristiano Ronaldo. Et il gagnera même un Ballon d’Or", prédit-il ainsi. Rien que ça…